Blogue, affaires, politique et marathon

Décidemment, ce blogue et moi avons un problème de communication. On dirait un vieux couple. J’ai encore envie de lui (me semble que j’aimerais que blogue soit féminin là…), mais ça ne me tente pas de faire d’effort. Trop bien dans mon divan à regarder la tivi. Je ne suis pas seul on dirait.

Le problème est d’avoir réalisé ce que je voulais réaliser avec ce blogue. C’est le blues du gagnant quoi. On bosse fort pour un objectif, on est content de l’atteindre, mais après il y a comme un vide. Tous les gens qui se fixent des objectifs vivent ça. Les athlètes, les entrepreneurs, les étudiants, etc.

C’est sûr que je pourrais aller beaucoup plus loin avec ce blogue professionnellement parlant. Mais à quoi bon? Je n’ai pas envie d’être une grosse vedette du Web. Pire, ces derniers mois, je me suis rendu compte que j’étais mieux tout seul dans mon carré de sable que de faire parti d’une gang bidon, une clique de « tu me flattes, je te flatte », une élite webesque quelconque.

A vrai dire, j’ai toujours admiré les gens qui réussissent tout en restant inconnus. Et à l’inverse, trop de gens qui attirent de l’attention sont de beaux contenants vides. Il faut choisir son camp! Je n’ai rien à prouver à personne. Sauf à moi-même.

L’autre chose, un peu comme la pyramide de Maslow, une fois certains besoins comblés, on cherche autre chose. Dans mon cas, j’ai plus envie de parler de politique et d’activité physique. De beaux terrains minés ça!

Le premier, la politique, c’est en s’exprimant qu’on se fait des ennemis. La politique c’est souvent aussi sensible que la religion. On ne parle pas de politique pour le fun. On prend position. Et ça provoque des réactions. Certains aiment. D’autres détestent. Avez-vous remarqué que beaucoup de gens d’affaires ne parlent jamais ouvertement de politique? Ce n’est pas pour rien… J’aimerais cependant faire parti du débat plutôt que d’être spectateur. Est-ce que je suis prêt à vivre avec les risques? Je ne sais pas.

Le deuxième, le sport, est tout aussi miné. Je cours depuis des années, mais irrégulièrement et n’importe comment. J’ai débuté un programme pour faire un marathon pour me structurer et avoir un objectif. Je suis tanné des blessures alors je veux faire les choses comme du monde.

Le problème à parler sport, c’est le contrat intrinsèque à la divulgation d’objectifs : Comme je viens de parler de marathon, je n’ai pas le choix d’être sur la ligne de départ sinon je suis un couillon. Mais comme je ne sais pas si mon squelette peut endurer plus de 2h de course, c’est hasardeux de s’aventurer dans ce créneau. Être vu comme un beau parleur, ça nous remet dans la catégorie des beaux contenants vides de contenu.

Pourtant, bloguer sport peut être un excellent outil de motivation personnelle. À propos, j’aime bien le nouveau blogue de Patricia Tessier (Et tiens donc, son blogue professionnel m’a l’air moins vivant que son blogue de course).

Alors what’s next pour Steph? Je ne sais pas trop. Un peu de tout et de rien probablement. Bloguer pour mon propre plaisir comme je le fais en jouant du drum. Un bon jam de temps en temps sans s’investir à vouloir en faire une carrière. Et comme le dit si bien Olivier Mermet, ma principale audience, ça sera moi.

Partage avec tes potes!
  • http://www.olivierlabbe.com/ Olivier Labbé

    Moi je vlog politique… et pourquoi pas vloggé dans ton cas ?

  • http://stephguerin.com Steph

    Demande à tous les recherchistes qui ont essayé de me trainer devant une caméra si j’ai envie de faire de la vidéo 😉

  • http://unjeumavie.blogspot.com/ Antoine

    J’ai construit une bibliothèque pour ma copine en fin de semaine. Ça m’a fait du bien.

    À mon avis vivre est devenu trop facile pour toi.

  • http://stephguerin.com Steph

    Pas certain de comprendre ton commentaire…

  • http://unjeumavie.blogspot.com/ Antoine

    Par pure hypothèse, tu sembles las et blasé de ce que tu as accompli avec ce blog. C’est une bonne chose à mon avis et c’est signe que tu as besoin de te confronter et de partir sur du nouveau.

    Selon moi, vivre devient trop facile lorsque les défis n’exigent plus de sortir de sa zone de confort.

    Est-ce que blogger de sport ou de politique te permettra de sortir de ta zone de confort? Personnellement, je ne crois pas. En fait, je ne pense pas qu’une nouvelle gamme de blog te permettra d’accroître le besoin de réussite que tu as déjà obtenu ici. Mais ça c’est seulement mon avis et c’est toi le professionnel du blog.

    Bonne recherche et bonne continuité.

  • http://stephguerin.com Steph

    « Selon moi, vivre devient trop facile lorsque les défis n’exigent plus de sortir de sa zone de confort. »

    Ha! Ça je suis d’accord.

    Merci du commentaire :)

  • Jibz

    Steph 4 prez.

  • http://www.mieuxvautcourir.blogspot.com Patricia

    Je viens de te lire… et te reviendrai… ben oui c’est nono comme commentaire mais c’est ça… trop de vin pour parler intelligemment là… I’ll be back, comme disait l’autre…

  • Christine

    Faudrait que je te fasse rencontrer ma soeur … Prof d’éduc qui s’est mis a la course depuis quelques année … Elle est forte dans ce qui est programme personnalisé … Elle a permis a un vieux flic de se remettre en forme pour pouvoir aller former en afganistan et ce, juste en le regardant courrir et en le conseillant coté physique et modifiant son entrainement!!!

  • http://www.mieuxvautcourir.blogspot.com Patricia

    Salut Steph,

    Suis de retour…

    Je comprends ton questionnement. J’ai arrêté mon blogue professionnel car je me sentais en conflit d’intérêt avec ce que je faisais pour mon employeur… Par contre, je ne sais pas si je le reprendrais… pour un mix des raisons évoquées par Olivier et par toi… surtout par cette réalité de “je te liche si tu me…” enfin ce n’est pas très élégant comme expression mais ça dit ce qu’il faut! Je déteste cette approche “mafieuse” (c’est dans l’air du temps mais bon!) du milieu.

    Pour ce qui est du blogue sur la course… je ne sais pas combien de temps ça durera mais c’est surtout l’envie de partager ce trip sans complètement énerver mon chum et mes amis car j’en parle trop… j’ai ma soupape… les trippeux peuvent me lire… ou pas… et les amis et collègues n’ont pas à se taper mon countdown avant Boston ou mes autres délires…

    Tu dis: “Le problème à parler sport, c’est le contrat intrinsèque à la divulgation d’objectifs : Comme je viens de parler de marathon, je n’ai pas le choix d’être sur la ligne de départ sinon je suis un couillon.”

    Je ne suis pas d’accord… le trip c’est aussi l’entrainement, le chemin pour se rendre… pas juste l’évènement… D’un côté… tout le monde peut courir un marathon… donc toi aussi… maintenant tu ne le feras possiblement pas dans ton temps espéré… et ça faut y faire face… tu pourras lire mon billet sur la divulgation des objectifs précis…. j’ai les mêmes hésitations que toi… mais je persiste à croire que ces questionnements… ça fait partie des avantages parallèles à courir…

    mieuxvautcourir.blogspot....-ne-pas-partager-ses.html

    Ceci étant dit, blogguer ou pas le tout est très optionnel…

    Bonne réflexion!

  • Padapara

    Article particulièrement intéressant.

    Pour discuter un peu, je suis fasciné par les gens qui ne pratiquent aucun sport ou très occasionnellement, qui ne se fixent aucun objectif particulier dans leurs vies, enfin tout ça pour dire que j’ai l’impression que ces personnes là ne sont jamais blasées apparemment.

    Elle se contente de se lever chaque matin de leur vies sans rien attendre de nouveau par rapport à la vielle. J’ai observé d’ailleurs que ce genre d’individu sont en général de bon salariés, besogneux, acceptant toutes les métamorphoses possible pour coller à la culture de leurs entreprises.

    Bien sur, tout cela reste schématique, mais bon je tenais aujourd’hui à faire part de cette impression…

  • http://stephguerin.com Steph

    @Patricia Décider de cesser de faire parti d’une clique vient avec des conséquences. Ça se sent sur Facebook alors que des « amis » sont de moins en moins « amis » à mon endroit 😉

    @Padapara Je sais de quoi tu parles, j’en connais des gens comme ça. Ils sont chanceux. Moi, j’ai le défaut (ou la qualité) d’être motivé par les défis ce qui fait que j’ai une motivation en dent de scie digne d’un bipolaire. Ça me prend un but pour me pousser sinon je deviens une larve de divan 😉

  • http://www.mieuxvautcourir.blogspot.com Patricia

    Je sais… je sais… m’enfin, on ne peut pas plaire à tous!

  • Pingback: ()