Essentiel le bureau pour une compagnie pure play?

C’était un mercredi matin je crois. En octobre. J’ai failli mourir étranglé. En effet, mon collègue m’envoyait foudre et lasers de ses yeux et jonglait avec l’idée de me pendre par les couilles sur la place publique pour servir d’exemple.

Mon crime? Changer d’idée sur l’utilité d’un loyer. Ce n’est pas si grave en soi. Si ce n’était qu’il avait déjà acheté du stock pour le bureau. Oups! Heureusement, on a pu tout utiliser quand même.

Pourquoi avoir changé d’idée? J’avais le bail dans les mains. Un beau local en ville, mur de pierre, près de tout, restos, etc. Malgré tout, une voix me titillait en me disant « pourquoi? ».

En effet, pourquoi? Pourquoi avons-nous besoin d’un loyer? Est-ce essentiel? Ou seulement un nice to have? Est-ce que ça nous empêche de vendre? De grandir? De travailler? Qui s’en offusquera? Après tout, 99% de nos clients sont à l’extérieur de Québec et même du Québec.

Pourquoi avoir mis une croix sur un bureau?

Une tête au lieu d’une porte. Pour le prix du loyer, c’est un employé de plus. Un local est une dépense. Un employé, un investissement.

Sauver du temps de déplacement. C’est grosso modo 8-10 heures par semaine de sauvé en déplacement. On dira ce qu’on voudra, mais le déplacement est bien la plus grosse perte de temps au monde. Là, c’est 10 heures de plus par semaine pour produire ou profiter de la vie.

Faire différemment. Tout le monde a un bureau. Moi aussi je dois en avoir un? Au début j’étais mal à l’aise de dire aux clients qu’on n’avait pas de bureau. Maintenant, de la manière que je leur raconte ça, c’est un facteur de différenciation. On ne fait pas comme les autres jusque dans nos bureaux. Imagine ce que c’est avec le produit et le service!

Bien sûr, il y a des inconvénients. C’est tout qu’un changement pour chacun. Il faut inventer les méthodes de travail puisque ce n’est pas conventionnel et personne n’a de réelle expérience de travail en équipe à distance. Mais avec Skype, des webcams, Google Docs-Talk-Hangout et de la discipline, ça va très bien. Au début, c’était un peu bizarre, mais la routine à bien pris.

On parlera aussi de cohésion d’équipe et d’ambiance de travail. Encore là, il faut être ouvert à faire différent. Nos meetings sur Google Hangout sont tout aussi efficaces que ceux que j’avais dans une salle de conférence. Déranger quelqu’un dans son bureau pour une question n’est pas plus facile que de cliquer sur le piton « appel vidéo » sur Skype. Et on n’a même pas besoin de se lever!

Pour tisser des liens on met en place des DashThis Friday Happy Meal® où on se rencontre au resto avec de la pizza aux frais du patron. Pas cher. Efficace.

Il y a beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients quand on se donne la peine d’essayer. Dans notre compagnie, c’est permis de faire une sieste l’après midi, d’aller magasiner un mercredi matin et ça n’empêche pas de travailler quand le môme doit rester à la maison. Personne ne sacre après le trafic, n’arrive en retard ou se les gèle quand il fait -25. Perso, on n’a qu’une auto au lieu de deux depuis bientôt 2 ans. Moins de paiements. Moins de gas.

Bref, un local doit faire partie du questionnement d’affaires comme n’importe quelle dépense. Si ce n’est pas essentiel, c’est inutile. Et faut croire que nous ne sommes pas les seuls. Bandzoogle de Montréal. 11 employés, près de 3M$ de chiffre d’affaires… et pas de bureau!

Pour les citer « Combien de temps pourront-ils tenir sans locaux ? « Le plus longtemps possible ! dit David Dufresne. Car pour nous, c’est aussi un style de vie. » ».

Style de vie? J’aime.

Partage avec tes potes!
  • http://www.guerillaweb.ca/ Louis-Philippe Dea

    Ton article?… J’aime!

    Je partage plusieurs idées mentionnées à l’intérieur de celui-ci. Surtout par rapport à la mentalité d’entreprise du fait de faire 100% confiance aux employés. Besoin d’un mois de vacances cet été ? You Got It! Besoin de ton avant-midi ? Même pas besoin de demander !

    Si tu as la chance d’aller lire le bijou d’article publié sur le blogue de Wil Reynolds à ce sujet. Tu m’en donneras des nouvelles :) (wilreynolds.com)

    Par contre, je crois qu’un bureau, surtout pour une agence web ou design comporte plusieurs avantages au niveau de l’inspiration partagée, des sessions de brainstorming, et du partage d’idées en général sur les différents projets. Aussi si tu as à faire affaires avec des clients de la région et que tu aimerais ne pas avoir à toujours te déplacer à leur bureau à l’extérieur (en ville, Laval, Boisbriand, name it…), ça peut être pertinent.

    Merci Steph pour le partage!

  • http://www.sylvainlevesque.com Sylvain Lévesque

    Honnêtement, c’est un sujet omniprésent dans mon esprit ! Un bureau, pas de bureau, temps de transport !

    Pour l’instant pas de bureau en ville !!

    La réflexion continue !

  • JB Blanchet

    Ouin, j’ai une version différente de cette histoire là: Le collègue enragé était surtout en $&%?# parce que 2 mois avant, c’est lui qui poussait pour travailler à distance, et qu’un certain Stéphane G. (non, non c’est trop évident; appelons le S. Guérin…) l’a convaincu qu’un bureau c’était ESSENTIEL! Yeah right.

  • http://stephguerin.com Steph

    @LPD Je suis d’accord que ça ne s’applique pas à tout, comme une agence Web. D’où le pure play du titre 😉

    @JB Je suis un artiste, ça fait parti de ma description de tâches de changer d’idée! 😀

  • http://pourlespme.com Bernard Prince

    Il y a aussi des espaces de co-working qui sont de moins en moins marginaux (il y a même un projet à Trois-Rivières!) et qui peuvent permettre d’avoir un espace de travail ou un “vrai bureau” pour rencontrer ses clients, à une fraction du prix. Ici aussi, ça ne s’applique pas à tous.

  • http://aryane.com Luc Gendron

    Il ne faut pas uniquement penser “out of the box”, mais en dehors du bureau 😉

  • http://www.webbax.ch Webbax

    C’est une bonne idée, mais le bureau donne aussi un certain cadre, très souvent on voit aussi des projets ou entrepreneurs, se crasher… suite au relâchement lié à un cadre de travail trop permissif.

  • http://www.studioc1c4.com Studio C1C4

    Très bon billet.
    Nous sommes dans une situation similaire. Nous sommes 16 et travaillons tous en télétravail. Je fais confiance à mes gens pour leurs heures travaillés, et j’ai bien l’impression qu’ils m’en donnent même plus ainsi. J’ai des gens du Québec, mais aussi de la France, Belgique, Barcelone, Îles Canaries. Donc les rencontres Skype sont de mises. Pour créer une sorte de synergies, j’ai créé un grouper Facebook privé. Sur ce groupe s’échange le savoir, des séances de remue-méninge, des sondages de préférence pour nos master class ou rencontre, des blagues, brefs, on s’y rencontre.

    Il est vrai que des rencontres pizza périodique pourraient être intéressantes pour nos relations, le contact humain manque tout de même, enfin pour ma part. Mais est-ce que ça vaut la peine de s’ajouter des frais fixes ?! Je ne crois pas, pas pour l’instant.

    Le trois quart de mes clients, je ne les ai jamais rencontré en vrai, et c’est bien correct ainsi pour tout le monde. D’autre veulent me rencontrer, mais n’ont aucune réticence à se rencontrer dans un café tranquille ou à leur bureau.

    Si j’avais un bureau, ça serait pour accommoder mes employés qui en désirent un, mais surtout pour un investissement pour l’avenir, pour mes enfants, pour leur études, donc, pas question de louer.

    Merci encore

  • Marie-A

    Merci Stéphane,

    ce billet alimente ma réflexion, il donne un exemple concret.

    Je suis encore ancrée dans le mode de pensée : un travail = déplacement au bureau, mais l’idée de télétravail est intéressante voir alléchante.

    Preuve que les temps changent, et pourquoi pas!

  • http://telus.com Amélie

    Bonjour Steph,
    Je suis bien d’accord avec ce billet. Les grandes entreprises sautent aussi dans le bateau et offrent souvent la possibilité de bosser en télétravail, soit à temps plein ou temps partiel, pour économiser sur l’espace immobilière. Je bosse chez TELUS et j’ai la chance de travailler de la maison 1 à 2 fois par semaine…un bonheur, surtout quand il fait -30 dehors…j’appele ca le luxe de travailler en mou 😉
    Quand on est bien outillé, on ne voit pas de différence…parcontre, il faut faire gaffe à l’isolement…

  • http://pierre.ammeloot.fr Pierre Ammeloot

    Hello Stéphane,

    Merci pour ton billet. Je bosse pour une boite Suisse (18 personnes, 4 ans d’existence) à 4/5 en télétravail. Nous venons tous au bureau le lundi et le reste de la semaine nous travaillons de chez nous.

    Nous avons quand même un bureau car au delà de 8 salariés cela devenais important d’avoir un lieu pour se rencontrer.

    Nous avons mis en place une façon de travailler et de collaborer à distance qui fonctionne plutôt bien.

    Cela permet à chacun de s’investir dans son job et de ne plus perdre du temps sur le route.

    Si tu as un moment pour un Skype je discuterais de tout cela avec plaisir.

    A bientôt,
    Pierre

  • Pierre-Marc

    Salut,

    J’ai travaillé de la maison de 2009 au début de cette année et ca me manque énormément! Je suis un peu surpris du nombre de collègue qui sont heureux d’avoir désormais un bureau, mais personnellement c’était la plus belle période de ma vie de travailleur.

    Godspeed!
    Pierre-Marc

  • http://www.demadev.ca Danye

    Très bon billet!

    Qui tombe à point avec ce que j’expliquais à mes étudiants en Lancement d’une entreprise cette semaine! Alors je partage, c’est certain!

    Mais tout est question de personnalité, de besoins et de contexte familial.

    Une étudiante me disait qu’avec ses 2 jeunes enfants, elle n’arrivait pas à être efficace en ayant son bureau à la maison! C’est sûr! Mais j’essayais de lui expliquer que je ne comprenais pas pourquoi elle ne pouvait se résigner à faire garder ses enfants à l’extérieur, puisqu’elle devrait le faire de toute façon si elle avait son bureau à l’extérieur de chez-elle???

    Chez-soi, il faut tout de même concevoir un espace réservé au travail, où on peut fermer la porte un moment donné. Ça prend beaucoup de discipline! Il faut arriver à séparer sa vie personnelle de sa vie professionnelle, c’est le plus gros défi.

    Et l’idée de se rencontrer à l’occasion, je dirais que c’est essentiel. Après tout, nous sommes des humains, nous avons en général besoin de contacts avec les autres, à l’occasion. Mais ça aussi, c’est selon la personnalité de chacun!

  • Pingback: ()

  • http://www.toutpoitiers.com/ baudelot

    Il est essentiel d’avoir une pièce uniquement pour ça, un bureau. Travailler dans la salle à manger c’est bien pour dépanner ou procastiner mais pas plus

    Dans les autres avantages que je vois de ne pas avoir de bureau :
    – rencontre des clients dans des lieux publiques (bar, restau, bibliothèque, …) cela permet de maintenir sa visibilité dans la ville lors des déplacements.
    – La réponse à “bon wee-kend ?” est plus courte sur skype qu’autour
    de la machine à café. On reste concentré sur le boulot (mais on n’est pas des bêtes non plus).
    – enfants malades, sorties scolaires, coup de main pour les devoirs … tu es présent dans la vie de tes gamins. Evidemment il faut rattraper cela en se levant plus tôt ou en retournant au travail après l’histoire du soir mais c’est mieux que 2h dans un embouteillage.

  • http://www.libeo.com Jean-François Rousseau

    Je peux comprendre que ça a toujours l’air intéressant de faire du télétravail, mais quand on regarde les tendances au Canada en TI, c’est plutôt l’inverse qui se passe.

    Telus est dans les derniers des grand qui permet le télétravail. IBM, Bell, etc on tous reculé sur ce point en citant une diminution de la satisfaction de la clientèle et une démobilisation du personnel.

    Il y aussi tout l’aspect de la confidentialité à laquelle la plupart des compagnies ne pensent pas. Qu’est-ce qui arrive si dans un party, un ami d’un employé tombe sur un document confidentiel ou juste un screenshot qui lui apprend un scoop d’un client puis s’échappe sur Facebook ? Il est beaucoup plus difficile et ça prend une excellente discipline de tous les employés pour être certain de respecter ces ententes de confidentialités en mode télé-travail. Si tu travailles avec le gouvernement ou des grandes entreprises… une fuite peut signifier la faillite de ta compagnie.

    Finalement pour des compagnies qui développent des produits, je trouve que c’est beaucoup plus facile. Avec des marges brutes de 70%, même si on perd 15% d’efficacité, la compagnie va quand même continuer à fonctionner, juste ralentir sa croissance. Si tu es en service, et que les marges brutes sont à 30-40%, une perte de 15% d’efficacité parce que tu es à distance et que les communications sont plus compliqués, qu’il y a un employés non performant et que ça te prend 1 an à t’en apercevoir, etc. Ça fait la différence entre la rentabilité ou la faillite.

    Donc ne pas avoir de bureau, c’est possible, mais il faut bien mesurer les conséquences et avoir une stratégie d’entreprise compatible. C’est juste pas aussi magique que tu le décris.

  • http://stephguerin.com Steph

    @Jean-François Très intéressant ton commentaire. Je ne pense pas que ça s’applique à tout le monde, loin de là. Probablement même que c’est possible dans une minorité de cas. C’est sûrement plus simple dans des boîtes comme Google plutôt que le gouvernement. Question de culture…

    Et pour la magie, ne me fait pas dire des choses que je n’ai pas dites. « un local doit faire partie du questionnement d’affaires comme n’importe quelle dépense. » ça ressemble pas mal à « il faut bien mesurer les conséquences et avoir une stratégie d’entreprise compatible » 😉

  • http://www.vincent-brossas.com/ Vincent

    En effet, il faut vraiment peser le pour et le contre, dans mon projet d’e-commerce, je pense vraiment que l’office ne sera que des charges en plus pour très peu de bénéfices…

  • Pingback: ()