Un plan d’affaires utile pour ceux qui n’aiment pas les plans d’affaires inutiles

Qui aurait cru que j’aurais du fun un jour à faire un plan d’affaires? Moi qui déteste la paperasse, les documents inutiles et perdre du temps pour rédiger un papier qui vaut en bout ligne autant que le vieux lecteur vidéo Beta de grand-maman.

Les discussions sur l’utilité d du plan d’affaires sont nombreuses. Ici, et moi aussi. Mais là, j’ai découvert un outil vraiment intéressant. Pratique, puissant, simple et diablement efficace. Un dérivé du Business Model Canvas : le Lean Canvas.

Quoi? Un plan d’affaires qui tient sur une page?

Oui. Et c’est ce qui m’attire. Ça force à être clair et concis. Il n’y a pas de place pour la bullshit.

Notez que la partie « solution » n’est qu’une petite case du tableau. La solution n’est pas le produit. Le modèle d’affaires EST le produit. S’il y a une faiblesse quelque part, c’est l’ensemble qui en souffre.

Et puis un autre avantage de ce modèle est la facilité de le multiplier pour tester des hypothèses. Par exemple, si on pense à deux segments de marché, on fait deux modèles. Si on a identifié plusieurs problèmes, on peut segmenter en plusieurs modèles plus nichés. Même chose avec les hypothèses de revenus. On fait autant de modèles que de flux de revenus.

Puis ensuite, on se promène avec ces modèles et on en jase à des clients potentiels, partenaires, fournisseurs, mentors, etc. Le but est de valider et/ou d’éliminer les modèles pour arriver à celui optimal qui représente réellement une occasion d’affaire.

Et ce, avant même d’avoir écrit une seule ligne de code!

N’oubliez pas. C’est plutôt facile d’avoir des utilisateurs. C’est plus difficile d’avoir des clients (utilisateurs qui paient) et encore plus d’avoir un modèle d’affaire extensible qui multipliera les bénéfices.

Bref, je maintiens que le plan d’affaires conventionnel est un exercice utile pour certain, mais une perte de temps pour un entrepreneur qui bootstrappe. Par contre, je suis séduit par ce modèle simple et pratico-pratique. Tellement que je l’utilise actuellement pour valider quelques idées et modèles pour DashThis. Et jusqu’à maintenant, l’exercice est plutôt bénéfique!

À lire:
Your Product is NOT “The Product”
Build Your Startup Through Conversations

L’outil en ligne : http://leancanvas.com/

  • http://www.dncom-marketing.com Dacid

    Très intéressant, je suis également d’avis que le plan d’affaires devrait être le plus succint possible. Non pas pour bâcler le processus, mais plutôt pour permettre de se réajuster rapidement si la situation change. Personne ne peut prédire l’avenir, l’important est de savoir réagir rapidement :-)

    Le USP est également primordial. J’en reviens pas du nombre d’entreprises que je croise ayant de la difficulté à exprimer leur différence au sein de leur marché.

  • http://www.dncom-marketing.com David

    Très intéressant, je suis également d’avis que le plan d’affaires devrait être le plus succint possible. Non pas pour bâcler le processus, mais plutôt pour permettre de se réajuster rapidement si la situation change. Personne ne peut prédire l’avenir, l’important est de savoir réagir rapidement :-)

    Le USP est également primordial. J’en reviens pas du nombre d’entreprises que je croise ayant de la difficulté à exprimer leur différence au sein de leur marché.

  • Martin Bittner

    Très intéressant effectivement. Je connaissais le Business Model Canvas. Tout ceci est parti de Steve Blank qui a écrit un livre sur le “Customer Development”, qui est une méthodologie pour valider des idées d’affaires comme tu l’expliques dans ton billet.

    – Il faut trouver une idée. (à l’aide de votre tête!)
    – Il faut trouver le “market/fit” (à l’aide du “Customer Development”, voir le livre 4 steps to epiphany, de steve blank)
    – Il faut trouver un processus de vente répétable et prédictible (pour les business SaaS, voir le blogue forentrepreneurs.com/sales-marketing-machine/)
    – Ensuite, et seulement lorsque les 3 points précédents ont été trouvés, il faut “scaler” (grossir le plus possible). C’est a cette étape que l’argent extérieur (VC) est la bienvenue! À ce moment, on passe en transition, de startup à compagnie. C’est la qu’il faut des managers pour s’assurer que les processus sont bien respectés (et améliorer de façon continue!)

    Bref, je recommande le livre “4 steps to epiphany” à tous les entrepreneurs ainsi que le blogue http://www.forentrepreneurs.com pour tous ceux qui ont une business de type SaaS! D’excellente lecture! Et bien sûr, le blogue startupcfo.ca/2011/08/saas-math-the-series/ qui était CFO pour startups depuis 10ans qui est récemment devenu VC avec Real Ventures à Montréal.

    Enjoy!

  • Martin Bittner

    Tant qu’à moi, un plan stratégique est beaucoup plus important que le plan d’affaires, surtout pour les petites boites / bootstrapped! Dans ce plan stratégique, c’est la que tu vas définir tes UPS (Unique Selling Proposition) et par le fait-même, définir l’axe de communication qui doit être utilisée pour la majorité des communications (site web, blog, guest post, etc.)

  • http://stephguerin.com Steph

    Tu trouves pas que ce modèle sert aussi de plan stratégique? Je trouve que ça joue les deux rôles.

  • Martin Bittner

    Oui effectivement. C’est un peu léger, mais c’est vrai que ça pourrait servir de plan stratégique. Mais ce que je dis, c’est que c’est mieux un plan stratégique (ou dans ce cas-ci ce business canvas) qu’un business plan. Donc ont est sur la même longueur d’ondes :-)

  • http://etiennechabot.com Etienne Chabot

    Steph, je suis aussi un adepte du one-pager mais dans les fait c’est tough… mais ca vaut la peine! Avais-tu vu celui là de Guy Kawasaki?
    etiennechabot.com/2009/01...g-le-plus-court-du-monde/

  • http://stephguerin.com Steph

    @Etienne Intéressant! Je vais faire l’exercice pour voir. :)

  • http://www.kimauclair.ca Kim Auclair

    Stéphane. J’aime vraiment ce modèle. Merci beaucoup pour le partage. À bientôt.

  • Bastien

    Juste pour bien comprendre : le carré “problems” sert à lister les 3 problèmes que permettent de résoudre le produit, ou bien les 3 principaux problèmes liés à son développement, sa venue sur le marché, …

    J’imagine que c’est la première solution… oui ?

    merci

  • http://www.jfmonfette.com Jean-Francois Monfette

    J’aime bien le plan que tu proposes. J’avais déjà lu le eBook “Business Model Generation” qui présente la Canvas et le plan en une page est bien intéressant. Je crois que l’avantage de faire un plan d’affaire n’est pas de vouloir le suivre à la lettre, mais plutôt de faire l’exercice de se questionner sur sa future entreprise.

    Je suis content de voir que ce modèle te permet d’avancer rapidement avec Dashthis.

    Bonne journée

  • http://ericfontaine.com Éric Fontaine

    Merci beaucoup pour le partage. Effectivement, très simple et fort efficace! Je viens de l’appliquer pour mon projet et ça regarde bien! À suivre…