Avis aux prophètes de malheur: DashThis a maintenant 4 ans!

dilbert-success-2

Mon entreprise DashThis a 4 ans cette semaine. En effet, je me suis roulé les manches et je me suis mis au boulot le 1er mai 2011, enfermé tout seul dans mon sous-sol. Il me reste 1 an à faire pour dire que j’ai mieux réussi que 80% des entreprises qui démarrent.

Ho, ce n’est pas très dur de faire mieux. Non, il faut seulement « rester en vie » pendant 5 ans alors que la grande majorité ne passent pas les 3 premières années.

Ne faisant pas les choses à moitié, « juste rester en vie » n’était pas suffisant. Tant qu’à s’investir à 100%, on accepte la réussite et rien d’autre.

Et que dire de ceux qui avaient prédit que je me planterais? C’est classique : Quand on lance quelque chose, il y a la parade des gérants d’estrade qui prédisent notre mort avant d’avoir compris l’idée et la vision.

[Lire la suite…]

Série comment lancer sa startup en 12 étapes: 8e étape – Le message

dilbert-storytelling

Je sais, je sais, tu as lu mon billet sur le marketing, mais t’es pas plus avancé et les ventes n’entrent toujours pas au camion. Pourquoi Steph?

Et bien, je gagerais que ton message est nul.

C’est quoi le message? C’est le paquet de mots que tu utilises pour parler à des clients potentiels. Contrairement à l’humain, les mots ne sont pas tous nés égaux.

Puis dans un contexte de surexposition à l’information de toute sorte (il parait qu’on est exposé à 100 000 mots et 34 Go de contenu par JOUR), ton message doit être clair, concis et d’intérêt. Et encore, je n’ai pas parlé de la compétition. T’es pas le seul à vouloir l’attention des gens.

Alors, comment on fait un bon message clair, concis et d’intérêt? Bienvenue au manège #8 de Startup Land : Le message.

Règle numéro 1 : Le client s’en sacre de toi.

Si tu veux le perdre en moins de 2, parle-lui de toi. Si tu veux l’intéresser, parle-lui de LUI! Et mieux encore, ne parle pas, mais fais le parler de LUI. Comme on dit en anglais : I don’t care about your product, I care about me.

Règle numéro 2: Des bénéfices, pas des features.

Ton produit fait X, Y et Z? Ouin pis? Pourquoi je m’en soucierais? Parle-moi de pourquoi ces features vont changer ma vie. Dans les annonces de la bière Corona, quand les entends-tu parler du goût de la bière? Jamais. En fait, ils disent rien du tout. Ils montrent simplement que leur produit va te donner le goût de te sentir full chillax à la plage et de tirer ton téléphone à la mer.

Axe, ils ne disent pas grand chose non plus, mais tu comprends que si tu prends leur produit, les femmes vont te sauter dessus! Tu te fous bien du parfum, mais que les femmes s’accrochent après toi, watch out, ça, ça t’intéresse! [Lire la suite…]

Série comment lancer sa startup en 12 étapes: 7e étape – Le (maudit) marketing

dilbert-marketing-2

Ok ok… J’ai parlé des premiers clients la semaine passée. T’as trouvé quelques clients et tu es super fébrile? Bravo, c’est un bon pas en avant.

Mais 5 clients, c’est peut-être seulement de la chance?

Tu sais, faire 10 000$, c’est assez simple. Pas facile de faire la différence entre chance et talent. Bonne place au bon moment et hop, 10K$ dans tes poches.

Mais faire 500 000$? 1 000 000$?

Ce n’est plus de la chance là. Faudra que tu bosses fort pour aller chercher les clients afin d’en arriver là.

C’est comme les pommes. Tu prends celles qui sont à ta portée en premier. Mais si tu veux faire du vrai fric, faudra que tu te casses la tête pour aller chercher toutes les pommes de l’arbre.

C’est là que le marketing intervient. Bienvenue au 7e manège de Startup Land!

C’est quoi du marketing? C’est la méthode pour promouvoir et vendre des produits ou service. Ça inclut la recherche pour comprendre un besoin.

Ça, c’est la définition du gars qui a fait un MBA.

Voici la définition de marketing venant d’un entrepreneur :

« Trouve ce que les gens veulent et donne-leur ».

Voilà, c’est ça le marketing. Simple de même.

[Lire la suite…]

Série comment lancer sa startup en 12 étapes: 6e étape – Les premiers clients

dilbert-customer-happy

Après l’idée, les fondateurs, le prototype, le modèle d’affaires et le financement, le prochain manège de Startup-Land est les premiers clients.

Tu veux le secret de la réussite de ton entreprise mon pote?

LE secret qui va tout changer dans ta vie?

Ouvre bien tes p’tits yeux de puma. Voilà le secret de la réussite en affaires :

Ça te prend des clients.

Dis le pas à personne. Si tout le monde savait ça, tout le monde le ferait! Mais oui, c’est con de même. Ça te prend des clients qui payent avec du vrai fric.

Et pour ça tu devras changer ton chapeau de développeur / technicien / ou peu importe pour celui de vendeur.

Pas de vente, pas de clients.

Puis clients au pluriel avec un « s » commence par client au singulier. Ça en prend un pour commencer. Si t’es capable d’en convaincre un, t’es capable d’en convaincre 1000. Et vice versa.

Mais pour la majorité des mortels, le premier client c’est tout qu’un défi. Tu as tout contre toi. Pas de ressource, pas de réputation, pas de crédibilité, pas de référence, pas d’historique.

[Lire la suite…]

Série comment lancer sa startup en 12 étapes: 5e étape – Le financement

dilbert-money

Alors mon pote, où en sommes-nous?: Tu as eu une idée. Tu as trouvé zero ou plusieurs fondateurs. Tu as maintenant un prototype fonctionnel. Tu as aussi une idée du modèle d’affaires?

Parfait, on rentre dans une partie amusante : Comment on finance tout ça?

En effet, tu dois continuer à payer tes factures et bosser sur ton projet en même temps. C’est comme entrer un ballon de soccer dans le derrière d’un tigre de mauvais poil : Pas évident.

Faut pas se faire d’idée. Soit tu as du temps ou de l’argent, mais rarement les deux quand on commence. Pire, quand on est à sa première business, souvent on a ni temps ni argent.

Grosso modo. Si tu as du temps, mais pas un rond tu fais tout toi-même. Si tu as de fric, mais pas de temps, tu le fais faire.

Si t’as rien de tout ça? Il existe des solutions. Et c’est là qu’un entrepreneur va exercer sa magie à faire bouger les choses. Making things happens. On ne sait pas comment, mais on sait qu’on va y arriver alors go, on fonce.

Je me rappelle quand j’avais zéro expérience, à moins d’avoir un papa ou un oncle riche, le premier réflexe est de voir ce qui s’offre au niveau gouvernemental. Si ça vaut la peine de s’informer pour comprendre comment ça marche, perso je ne touche plus à ça.

[Lire la suite…]

Du WAQ et du focus

sandwich-board

Petite interlude à ma série Comment Lancer sa startup en 12 étapes faciles pendant la semaine du WAQ. Ça mérite que j’y consacre 2-3 mots.

Pourquoi? Parce qu’à chaque année je me fais dire la même chose : Tu ne viens pas au WAQ Steph?

Non. Je n’y vais pas.

Tout d’abord, don’t get me wrong, j’ai un grand respect pour ceux qui organisent ce type d’événement. Ça démontre le dynamisme de l’industrie Web à Québec. On voit que ça grossit d’année en année et tant mieux si c’est un succès!

Alors non, je n’y vais pas. Peut-être un jour. Mais pas là.

Mais toi, pourquoi tu y vas? Pour rencontrer du monde et réseauter? D’accord, mais pourquoi tu veux rencontrer du monde et réseauter?

Et c’est là que je prends ma décision. Voyez-vous, dans mon genre d’entreprise, participer à des soirées ou événements ne s’enligne tout simplement pas avec mes objectifs et stratégies.

Oui oui, je suis de même. Super égoïste. Quand je sors de chez moi, c’est parce qu’il y a un gain personnel. Je rencontre quelqu’un qui connait quelqu’un, je veux apprendre quelque chose, demander conseil, etc. Je sors aussi pour partager mon expérience à d’autres parce que ça me fait du bien.

Mais je ne sors pas que pour sortir. Non. Plate de même. Pas professionnellement en tout cas.

Si je veux connaître quelqu’un, je lui pitche un email et je l’invite à dîner. Plus simple, plus rapide.

Pourquoi? Parce que je suis ULTRA focus sur la réussite de mes projets. Et puisque le temps est une ressource limitée et non renouvelable, j’essaie le maximiser.

[Lire la suite…]

Série comment lancer sa startup en 12 étapes: 4e étape – Le modèle d’affaires

dilbert-business-model

Résumons : Tu as eu une idée. Tu as trouvé zero ou plusieurs fondateurs. Tu as maintenant un prototype fonctionnel. Maintenant, si on parlait business un peu? As-tu une idée du modèle d’affaires?

Non?

Alors embarque pour le 4e manège de Startup Land : Le modèle d’affaires.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un modèle d’affaires? Tiré de l’anglais business model, ça décrit essentiellement comment une compagnie fait de l’argent.

À ne pas confondre avec plan d’affaires, vue plus large, qui va décrire le qui quoi comment pourquoi d’une compagnie.

Pas d’argent, pas de compagnie. Au mieux un hobby ou un kossin de bénévolat où des hippies mettent des ponchos pour cultiver un jardin de chanvre bio communautaire.

Alors, t’as une idée de comment ton projet va faire du fric?

Des fois, c’est évident. Un média voudra offrir du contenu gratuitement afin d’attirer le plus d’eyeballs possible pour vendre de la publicité.

Un logiciel en ligne tel que DashThis vendra des abonnements mensuels selon un volume d’utilisation.

Il y a beaucoup de modèles différents : A l’utilisation, abonnement, courtage, affiliés, achat unique, donation, publicité, commandite, commission, etc.

On ne fera pas le tour des modèles. On va réfléchir à comment maximiser nos revenus.

Au départ, si tu offres une valeur ajoutée, tu dois demander une contrepartie. Si ce n’est pas monétaire, ça peut être sous forme de publicité, comme obtenir 10% de rabais si tu recommandes ce produit à tes amis.

Dans notre cas, ce qui nous intéresse le plus c’est la contrepartie monétaire. Parce que tu auras de la misère à payer ton épicerie avec des « likes » Facebook mettons.

[Lire la suite…]

Série comment lancer sa startup en 12 étapes: 3e étape – Le prototype

dilbert-prototype

Ça y’est, tu as décidé de faire cavalier seul ou de te lancer avec un, deux, trois fondateurs? Tant mieux. Maintenant place au vrai boulot.

Startup-Land n’est pas un parc d’amusement pour chiller et regarder les filles. C’est plutôt un boot camp ou tu vas te battre pour survivre. En fait, dis-toi qui si tu survis 5 ans alors tu feras mieux que 90-95% des entreprises!

Alors, what’s next?

Pour une startup Internet, ça te prend un prototype.

Je vois deux façons de faire la patente :

#1 Créer une preuve de concept

Vous êtes bons programmeur et pensez pouvoir sortir une démo fonctionnelle en 2-4 mois? Allez-y, programmez sans peur du lendemain. Dormir la nuit c’est pour le moumounnes.

En 1997 quand nous avons lancé notre site de rencontre, je n’avais pas d’enfants et plein d’énergie. Pas mal certain qu’on programmait 100 heures par semaine. On a lancé le site complet en 2 mois. À deux.

Il y a des grosses boîtes qui ne feraient pas le centième de votre boulot en une année, même avec 20 programmeurs.

Des jeunes motivés à réussir, qui n’ont rien à perdre et tout à gagner? C’est assez malade ce que ça peut accomplir en un rien de temps.

[Lire la suite…]