Série comment lancer sa startup en 12 étapes: 1ère étape – L’idée

dilbert-tech-idea

J’ai l’air du gars sauvage, loner et isolé qui ne participe pas ou peu aux différents événements, mais je rencontre plein de gens malgré tout. Particulièrement grâce au programme « Tu veux les conseils de Steph? Invite-le à dîner! ». De la consultation haut niveau pour le prix d’un burger, une vraie aubaine.

A part le burger, ce qu’il y a de commun dans ces rencontres est que je radote souvent la même chose : Comment réussir une entreprise Internet.

Il m’est donc venue l’idée d’écrire une série de billets sur le sujet. Rien de magique, beaucoup de gros bon sens.

J’aurais pu aussi m’arrêter sur l’ingrédient clé du succès : « Botte-toi le cul pis vend! ». Mais ça aurait peut-être été court comme billet. A noter sur un post-IT et à afficher sur son écran d’ordi tout de même.

Alors quels seront les sujets?

  • L’idée
  • Les fondateurs
  • Le prototype
  • Le modèle d’affaires
  • Le financement
  • Les premiers clients
  • Le pricing
  • Le marketing
  • Le maudit message
  • Pourquoi tu fais ça?
  • La croissance
  • La diversification

Alors mon pote, t’es prêt pour un voyage a Start-up Land et à t’abreuver de la sagesse sans borne de mes écrits? Let’s go.

Là où tout part : L’idée.

Une idée. C’est tellement con quand on y pense. ça nous arrive n’importe où, n’importe comment. C’est rien en soi, mais ça arrive à nous exciter et nous empêcher de dormir. Ça vaut que dalle, mais ça peut nous rendre riche.

On ne sait pas pourquoi, mais quand on a une idée, on sait qu’on est sur quelque chose.

[Lire la suite…]

DashThis recrute: Intégrateur / developpeur front-end recherché

dilbert-engineer

Hey toi le jeune, oui toi qui a du talent, mais qui est tanné d’intégrer des maquettes de site web de restaurant ou valider des codes postaux dans des formulaires, tu aimerais quelque chose de différent et beaucoup plus trippant? On a de quoi pour toi! On recherche un intégrateur pour DashThis.

Comme c’est un peu compliqué de décrire le poste, nous avons fait un beau diagramme de Venn:

front-end-dev

[Lire la suite…]

Le paradoxe de la réussite

dilbert-moitivation

Vous avez sûrement déjà entendu parler d’un athlète olympique qui est tombé en dépression après avoir gagné une médaille d’or?

Tu parles d’une lopette! Il réussit à gagner une médaille olympique, chose qu’une fraction infime des êtres vivants arrive à accomplir et il se tape une dépression? Voyons donc!

Pourtant.

La motivation est une foutue salope quand on y pense. Elle nous permet d’accomplir les plus grandes choses, mais une fois arrivé au but, elle nous lâche. De même. Sans prévenir.

Au cours des derniers mois j’ai eu une panne de motivation. Mon problème, pour mettre des mots dessus, est que ça va trop bien.

Ouep. Trop bien.

Je dépasse mes chiffres chaque mois. L’argent tombe presque du ciel, automatiquement. C’est la beauté des revenus récurrents! Je suis entouré d’une équipe en qui j’ai 100% confiance. Il n’y a pas vraiment d’obstacles. Ça roule comme sur des roulettes. La paix d’esprit. Zero stress.

Zero stress. Ça me tue ça moi!

[Lire la suite…]

Objectif #3 pour 2015 : Ne plus engager!

dilbert-strategic-planning

Au risque de paraître étrange, un de mes objectifs de 2015 est de ne plus engager. Nous sommes 10, principalement des spécialistes seniors, et c’est suffisant pour rouler une boîte comme DashThis.

Engager ne rime pas avec croissance. Tu peux avoir 100 employés et ne faire aucun profit. En décidant de garder une équipe petite, ça oblige à se concentrer sur l’important et surtout, sur ce qui est payant.

Pour donner un exemple concret, disons qu’un prospect nous demande telle feature et est prêt à payer pour. Nous pourrions engager pour le satisfaire, avoir un client de plus et empocher une couple de bidous au passage.

Erreur mon Bob.

Si c’était vrai et souhaité en mode survie, ce ne l’est plus en mode croissance. Notre mission dans le monde SaaS n’est pas de plaire à quiconque démontre un intérêt, mais de faire un produit le plus standard possible pour combler tous ceux qui ont un besoin bien précis.

Comme on aime dire, on vend une canne de tomates.

Une canne de tomates, c’est standardisé à fond. Aucune personnalisation possible. La recette sera peut-être améliorée avec le temps, mais la canne de tomates restera une canne de tomates. Point.

[Lire la suite…]

La multiplication des pains (ou comment un entrepreneur peut se multiplier)

dilbert-delegate

« J’m’en occupe »

C’est probablement la pire phrase à dire pour un entrepreneur. Enfin, ceux qui, comme moi, on cette fâcheuse attitude « on est jamais si bien servi que par soi-même ».

Disons tout d’abord qu’il y a deux types d’entrepreneurs qui réussissent :

# Ceux qui délèguent
# Ceux qui font tout eux-mêmes

À mon avis, les premiers arrivent plus souvent que les seconds à construire de grandes entreprises. Bien évidemment parce qu’ils laissent les tâches à 10$/h à quelqu’un d’autres pour se concentrer sur les tâches de plus haut niveau, stratégiques particulièrement, disons à 10 000$/h.

Chez DashThis nous sommes en train de réorganiser le travail pour me sortir de l’opérationnel. Il y a 4 personnes pour faire la job que je faisais tout seul. Et même là, je dois m’attacher pour éviter que je m’occupe de certains dossiers.

J’ai trop souvent cette impression que si je m’en occupe ça serait mieux. En fait, ça le serait probablement. Mais à trop tout vouloir faire seul, on néglige l’important qui est de conduire le bateau, pas de visser des boulons.

Le service à la clientèle est le bout où j’ai le plus de difficultés à laisser aller et SURTOUT, à ne pas faire de micro-managing, i.e. laisser la chance à l’équipe de s’en occuper sans que je leur respire dans le cou.

[Lire la suite…]

Sous-traiter le service client en Inde

dilbert-tech-support

« S’ils sont à la hauteur de ce qu’ils vendent, ça sera parfait! »

Avec la croissance de DashThis vient la croissance du support. Et ça vient avec des défis et des coûts.

On engage? On sous-traite? On automatise? On met des limites? On fait payer?

Ce n’est pas évident. Je ne veux pas que ma boîte devienne un centre de support. Après tout, l’outil est sensé être simple!

Par contre, les users n’aiment pas lire la documentation et aiment beaucoup poser des questions.

Puis le service est le lubrifiant par excellence pour faire entrer une carte de crédit dans notre machine. Rare sont ceux qui n’achètent pas à cause de l’excellence du service. C’est généralement l’inverse.

Alors, me dis-je, s’il y a des tonnes de compagnies qui sous-traitent leur service à la clientèle, ça ne doit pas être si pire que ça?

En cherchant un peu, j’ai vu des offres qui correspondent à mon besoin. Ce qui me donne le goût d’essayer.

« S’ils sont à la hauteur de ce qu’ils vendent, ça sera parfait! »

Pensez-y, ils offraient du service 24/7 pour environ 1500$ par mois! Si je voulais offrir ce niveau de service, ça me coûterait certainement 200 000$ par année. Là, j’avais ça pour 18 000$? Tu parles d’un deal!

[Lire la suite…]

Cibler ceux qui dépensent l’argent des autres

dilbert-spending

Avez-vous déjà dépensé l’argent des autres? C’est amusant hein! Du coup, le montant payé nous dérange un peu moins, pour ne pas dire pas du tout.

Pas pour rien que les hôtels à vocation d’affaires chargent l’accès à Internet un prix de fou. C’est la compagnie qui paye!

Si vous vous demandiez pour pourquoi les gouvernements sont des trous sans fond qui engloutissent le trésor public, et bien voilà : Simplement parce qu’ils dépensent l’argent des autres.

Dans leur cas, l’argent des autres vient toujours à manquer, mais bon, c’est un autre sujet.

Ceux qui ont déjà travaillé pour une grosse boîte savent ce que c’est : Quand vient le temps d’acheter, le prix n’est pas un facteur réellement critique, mais une variable parmi d’autres dans une décision.

Perso, j’essaie toujours de penser à un projet d’affaires où celui qui achète dépense l’argent des autres plutôt que son propre argent.

Pourquoi?

Parce que c’est plus payant. Au lieu de vendre un truc à 20$, on peut le vendre 50, 100 ou même 500$.

Juste parce que le type ne dépense pas son propre fric.

[Lire la suite…]

Vendre 12 millions$?

dilbert-merger

Un type se présente chez à la porte de ta maison et t’offre un chèque de 14 fois la valeur de ta maison, tu fais quoi?

Perso, les chances sont très élevées que je dise à la femme et aux flots de faire leur valise.

Ça fait quelques jours que je pense au billet de Groove sur leur offre de 12 000 000$ qu’ils ont refusés.

Ho, ce n’est pas le 12M$ qui est intéressant dans l’histoire. C’est surtout le fait que quelqu’un soit prêt à payer 14 fois les revenus.

Pas les profits.

Les revenus!

C’est malade.

Leur situation (croissance, employés, revenus, etc) est comparable à celle de DashThis alors je me suis demandé quelques fois « et si? ».

[Lire la suite…]