L’entrepreneur en vacances

Entrepreneur et vacances, c’est deux concepts presque mutuellement exclusifs il me semble. Être un entrepreneur, c’est 24/7, beau temps, mauvais temps. Quand on investit autant de temps et d’énergie dans un truc oĂč on est 100% dĂ©diĂ©, la switch “on/off” n’existe pas. C’est plutĂŽt un gradateur d’intensitĂ©. 💡

Mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas dĂ©crocher, au contraire. C’est super important. 

Signe de mon dĂ©crochage estival, je niaise sur ce billet en juin. Oups. 😁

La plupart des jeunes entrepreneurs que je connais vont prendre des “congĂ©s” ici et lĂ . Je me rappelle mes premiĂšres annĂ©es, mes vacances c’était une fin de semaine de 4 jours de camping quelques fois dans l’étĂ©. 

C’était bien suffisant. Pour moi, travailler sur mon projet d’entreprise n’était pas du travail. C’était une passion. J’aimais ça. J’en mangeais. Je ne voyais pas les heures passer. Comme jouer du drum ou faire du vĂ©lo de montagne. La motivation est lĂ . Toujours. Pas besoin de me forcer, c’est naturel. 

J’avais de la misĂšre Ă  partir une semaine. J’avais trop hĂąte de revenir pour me remettre les mains dans mes bĂ©belles. Et c’était trĂšs positif, j’avais une Ă©nergie sans limite. ⚡

Puis quand sont arrivĂ©s les enfants et la famille, j’ai dĂ» m’adapter. Je ne prenais pas tant des vacances pour moi, mais pour ma famille. Ç’a toujours Ă©tĂ© une prioritĂ© pour moi de mettre la famille en premier. J’avais surtout pas envie que mes enfants se rappellent de leur pĂšre comme un gars qui apporte du fric, mais qui a toujours Ă©tĂ© absent. Nope. Papa ne travaille pas trop et il passe beaucoup de son temps avec la famille. D’oĂč la nĂ©cessitĂ© d’ĂȘtre efficace et d’optimiser chaque heure travaillĂ©e.

Lire la suite « L’entrepreneur en vacances »

Au bureau, hybride ou full remote: Le bordel

Je suis habituellement bien Ă  l’aise face Ă  l’incertitude. Y’a pas grand chose qui me dĂ©range. Principalement parce que j’essaie toujours de me garder une marge de manƓuvre, d’avoir de la flexibilitĂ© dans mes choix. Si je me trompe, et ça arrive souvent, c’est pas grave en autant que je peux me virer sur un 10 cennes.

Mais lĂ , avec l’organisation du travail post-pandĂ©mie? C’est tout qu’un bordel. 

Et pour ajouter Ă  l’embĂȘtement, tous mes confrĂšres / consoeurs entrepreneurs que j’ai consultĂ©s sont dans le mĂȘme mode: On sait pas / On verra cet automne / C’est pas clair.

Une chose semble claire cependant: le télétravail est là pour rester. Plusieurs ont pris goût à la flexibilité et à la liberté que ça procure. Je pense à mon frÚre qui saute dans les sentiers de vélo de montagne plus tÎt grùce au temps fou sauvé du trafic quotidien.

Plusieurs ont rĂ©alisĂ© ce qu’on avait rĂ©alisĂ© il y a 10 ans: Un bureau n’est plus un must-have dans notre Ăšre numĂ©rique. C’est un nice-to-have au mieux, un risque inutile au pire (J’ai dĂ©jĂ  dit que si on avait louĂ© un bureau en 2012 on aurait pas survĂ©cu?).

Pour ma part, c’est connu que je suis un fan du travail remote. DashThis a pris vie et grandit en Ă©tant full remote. Personnellement, ma productivitĂ© est bien meilleure quand je suis dans mon coin, focus et concentrĂ©. En plus que ça me permette de faire un max de vĂ©lo, taper sur mon drum ou faire une p’tite sieste, ce qui me permet d’ĂȘtre au top de ma forme! Meilleur rendement en moins de temps. Plus vite aux rĂ©sultats, plus de temps pour faire autre chose que de travailler.

Lire la suite « Au bureau, hybride ou full remote: Le bordel »

DashThis a 10 ans! 🎉🎂

Qui aurait cru que ce projet de sous-sol de garage, au nom de DashThis, dĂ©butĂ© par une armĂ©e d’une personne aurait fait autant de chemin? 😮

Et pourtant. 😎

10 ans. Dans le monde SaaS techno Internet, aussi bien dire une Ă©ternitĂ©. Instagram, Pinterest, AirBnb, BeyondMeat, Dollar Shave Club, Square, Asana, Slack, Zoom. Tout ce beau monde est de la mĂȘme Ă©poque! 👏

10 ans. Quand on dit 10 ans, ça me fait toujours penser à cette citation:

10 ans. Les entreprises qui se rendent lĂ  ne sont pas la majoritĂ©. Au contraire, 50% des nouvelles entreprises ne se rendent pas Ă  5 ans. 

10 ans. C’est tellement long que j’en oublie des bouts. J’aime me rappeler que je n’avais pas de paye les deux premiĂšres annĂ©es et que ça a pris 6 ans avant d’avoir un salaire sensĂ©. Leaders eat last! Et je trouve ça toujours amusant cette fois oĂč j’ai dit que je ne voulais pas que l’on soit plus de 10… 🤪

10 ans. Avant d’ĂȘtre la belle entreprise qu’on est, on a eu notre traversĂ©e du dĂ©sert et plein de monde qui tentait de me dĂ©courager en chemin. Heureusement que je suis tĂȘtu. J’essaie trĂšs fort d’éviter les individus toxiques qui sucent mon Ă©nergie. 🤨

Lire la suite « DashThis a 10 ans! 🎉🎂 »

Le grand objectif poilu et audacieux (BHAG)

Le grand objectif poilu et audacieux. Ou le Big Hairy Audacious Goal en anglais. BHAG pour les intimes. On est lĂ  dessus ces jours-ci. 🎯

C’est quoi un BHAG?

Un BHAG, c’est un objectif Ă  long terme, audacieux, un peu dĂ©bile, limite impossible. C’est le genre d’idĂ©e un peu folle qui rallie toute l’équipe vers un but spĂ©cial. 👹

Est-ce important? 

Si tu as l’ambition de faire des trucs qui sortent de l’ordinaire, oui. Ça donne une vision pour le long terme. L’exemple classique est le prĂ©sident Kennedy qui dit en 1960 « Avant la fin de cette dĂ©cennie on va mettre quelqu’un sur le lune et le ramener sain et sauf ». 🚀🌘

Est-ce que ça en prend un?

Non. Il y a plein de shops qui vivent sans rĂȘve grandiose. Et de toute maniĂšre, tout est relatif. Quand j’ai commencĂ© DashThis il y a 10 ans, mon BHAG Ă©tait de prendre une idĂ©e et d’en faire une shop rentable. Construire une shop Internet digne de ce nom Ă  partir de la Ville de QuĂ©bec. Bootstrapped, avec les moyens, le talent et la crĂ©ativitĂ© du bord. 🤔

Lire la suite « Le grand objectif poilu et audacieux (BHAG) »

Pourquoi considérer une acquisition

Si quelqu’un cogne Ă  ta porte et t’offre 2M$ pour ta maison qui en vaut 400K$, tu fais quoi? 🤨

Tu es surpris parce que tu n’as rien demandĂ© et tu ne sais pas trop quoi faire? Bienvenue dans mon monde.

S’il y a un sujet tabou, c’est bien celui de vendre une entreprise. D’habitude, ce sont des discussions qui se tiennent loin des employĂ©s derriĂšre des portes fermĂ©es. A tort ou Ă  raison. Nous, on a choisi d’ĂȘtre ouvert et transparent alors on a planifiĂ© une rencontre Ă  ce sujet ce vendredi. Mais en plus, ça fait un bon sujet pour un blog post
 alors voilĂ ! 😊

Tout d’abord, il y a plusieurs raisons pour lesquelles des actionnaires peuvent considĂ©rer de vendre. Un fit naturel. Des dettes Ă©levĂ©es. Des chicanes. Une opportunitĂ© en or. La retraite. Un essoufflement, de la fatigue. Un move stratĂ©gique pour aller plus loin, etc. 

Dans notre cas, on se fait approcher rĂ©guliĂšrement alors on en vient Ă  se poser des questions. Pour moi. Pour nous. Pour la compagnie. Pour les employĂ©s. 🤔

Et c’est un peu ça le point de dĂ©part: Depuis 3-4 ans on se fait contacter 10-20 fois par annĂ©e par des personnes des USA, d’Europe ou du Canada, voulant discuter investissement ou acquisition. Ça a sĂ»rement un lien avec nos apparitions dans les classements des entreprises en croissance comme ici, ici, ici et ici. 🔥🤘⚡

Bref, c’est moi qui gĂšre tout ce beau monde. 

Pour la grande majoritĂ©, je rĂ©ponds poliment non merci. 🙅‍♂️

Mais des fois, ce n’est pas aussi simple. Je me rappelle du dude chez Google en 2013 qui nous appelle et nous balance ça sec de mĂȘme: On veut faire des acquisitions et DashThis nous intĂ©resse. 😮

WTF! Comment peut-on ĂȘtre sur le radar de Google alors qu’on est une micro-binnerie?

Bon, le gars se foutait de DashThis, il voulait juste acheter pour engager des bonnes tĂȘtes alors ça n’a pas Ă©tĂ© loin. Mais quand mĂȘme. GOOGLE!!! 😎

Lire la suite « Pourquoi considérer une acquisition »

Enligner les flûtes

On s’est fait un p’tit lac Ă  l’épaule rĂ©cemment. Le tout dans une formule renouvelĂ©e. Manquait juste le souper au resto avec des cocktails pour bien clore le tout. Mais bon, COVID oblige, on a fait ça virtuel. 🍸🍷🥃

By the way, pour mes amis français, un lac Ă  l’épaule est une rencontre d’orientation stratĂ©gique oĂč on planifie Ă  plus long terme, oĂč on aligne nos flĂ»tes et oĂč on rĂšgle des problĂšmes plus structurels.

La derniĂšre fois que j’en ai fait un c’était en 2017. C’était une extraordinaire perte de temps oĂč on a parlĂ© pour rien dire pendant une semaine. Comme une balloune qui erre au grĂ© du vent. Pas surprenant qu’on en ait pas refait les annĂ©es suivantes. 🤨

Mais cette fois, notre nouveau CEO nous a organisĂ© et dirigĂ© ça avec un leadership du tonnerre. L’équipe de leads, notre fabuleuse adjointe et la direction Ă©taient prĂ©sents. Ça fait du monde! Je croyais Ă  peine qu’on rĂ©ussirait Ă  faire le quart de ce qui Ă©tait au programme, mais j’étais dĂ©finitivement prĂȘt Ă  essayer et Ă  participer activement. (SPOILER: On a passĂ© au travers du programme avec succĂšs, avec du fun et de la discipline!) 👌

Lire la suite « Enligner les flûtes »

Comment déterminer la valorisation de ta SaaS?

Tant qu’à avoir Ă©tĂ© rĂ©cemment dans les analyses de valorisation de ma compagnie, pourquoi ne pas faire un p’tit update sur mon article Ă©crit en 2018: Combien ça vaut ta shop? Comment dĂ©terminer la valorisation de ton produit SaaS?

Pas ben ben le choix de s’intĂ©resser Ă  la question: Ă  chaque mois on reçoit de l’intĂ©rĂȘt d’investisseurs. MĂȘme si on dit “non merci, pas intĂ©ressĂ©â€, on est pas cons non plus. C’est une question qui nous rend curieux.

En gros, la valorisation (ou valo pour les intimes) est tout et n’importe quoi en mĂȘme temps. La rĂšgle absolue est que ça vaut ce que quelqu’un est prĂȘt a payer. Mais surtout, la vraie valo survient quand une transaction a lieu. Donc l’acheteur et le vendeur s’entendent sur un prix.

Commençons donc par le contexte qui joue pour beaucoup. 

  1. Tu es heureux comme un poisson dans l’eau et les affaires vont Ă  merveille? Tu n’es pas Ă  vendre alors si quelqu’un veut racheter, il devra ĂȘtre convaincant et peser fort sur le crayon. 💰💰
  1. Tu as un conflit d’associĂ©s et vous faites un shotgun? L’associĂ© vendeur sera probablement perdant car c’est une mauvaise façon de maximiser une valo. 📉👎
  1. Ta shop te fait vivre, mais ça vivote? La croissance stagne? Tu te dis que tu ne te rachĂšterais pas toi-mĂȘme? TsĂ©, poser la question c’est y rĂ©pondre
 ⛔❌

Dans le cas numĂ©ro 1, c’est clairement la meilleure façon de faire une montagne de fric. J’ai en tĂȘte le dude de Supermetrics. Il a commencĂ© comme moi, tout seul en 2011. Mais il a rĂ©cemment acceptĂ© un financement de 40M$ pour une valorisation de 400M$, ce qui reprĂ©sente 10x les revenus. Il a donc vendu 10% de sa shop. Il le dit lui-mĂȘme, il n’en avait pas besoin alors il s’est mis une bonne part dans les poches pour assurer ses vieux jours. Il garde le contrĂŽle et possĂšde encore 90% d’une shop en croissance Ă©valuĂ©e Ă  400M$. Wow! 

Lire la suite « Comment déterminer la valorisation de ta SaaS? »

Pourquoi continuer?

J’ai eu quelques bonnes discussions suite à mon dernier billet sur un changement à la direction de DashThis. Puis des questions autour du thùme “Ha ouin, pourquoi t’as pas vendu pour partir autre chose?”

Pourquoi quitter?

PlutĂŽt, pourquoi ne pas continuer?

En business, ça ne se passe pas toujours comme on veut, surtout quand on doit composer avec des associĂ©s, des investisseurs, des banquiers, des clients qui prennent trop de place et les 1001 autres problĂšmes qui arrivent. Des fois c’est tentant de regarder la porte de sortie.

Ça m’est arrivĂ© au cours des derniĂšres annĂ©es de contempler des offres d’achat. J’ai eu des occasions de vendre Ă  prix intĂ©ressant et de partir. Penses-y, c’est une occasion en or, non? Empocher. Repartir un projet Ă  neuf. Faire le vide de problĂšme.

Oui. Mais pas pour moi.

J’ai eu des gros moments de doute oĂč la porte de sortie me faisait des beaux yeux. À quelques reprises, si j’avais pu, j’aurais dĂ©missionnĂ©. Mais comme propriĂ©taire-associĂ©, la rĂ©alitĂ© est plus complexe. Quitter vient avec des consĂ©quences coĂ»teuses quand ce n’est pas fait dans les rĂšgles. Sans parler que je ne veux pas avoir l’air du capitaine de bateau qui saute dans la premiĂšre chaloupe de sauvetage quand ça brasse.

J’ai dĂ©jĂ  eu Ă  quitter, racheter ou vendre par le passĂ©. Des fois dans des bonnes conditions, d’autres moins. Mais rien comme cette fois. L’enjeu, le futur, le risque, les consĂ©quences, les implications personnelles et professionnelles sont dans une catĂ©gorie nettement supĂ©rieure.

Alors, on fait quoi quand les problÚmes nous découragent?

Lire la suite « Pourquoi continuer? »