A propos d’Alexandre Taillefer et son idée de salaire minimum à 15$

minimum-wage

Il y a de quoi qui me gosse avec les entrepreneurs “progressistes“.

Alexandre Taillefer est un entrepreneur que je respecte. Et en plus, contrairement à beaucoup de gens d’affaires il ose prendre la parole dans le débat de société. C’est admirable!

Mais sa plus récente sortie sur le salaire minimum à 15$ me désole incroyablement.

Entendons-nous: Personne n’est contre la vertu et tout le monde veut un monde meilleur. Moi aussi. On s’entend certainement sur l’objectif, mais définitivement pas sur les moyens.

Les moyens?

Alexandre propose de restreindre MA liberté en réglementant afin de me contraindre à payer plus. SA solution ne tient pas compte de MA réalité, juste de la sienne.

Perso, je suis un grand fan d’avoir une plus grande liberté afin de me laisser changer le monde à MA façon. MA solution tient compte de SA réalité car elle lui permet de faire ce qu’il veut.

Alexandre pense que le mieux est de se servir du gouvernement pour m’imposer SA vision.

Moi je pense que c’est mieux d’éloigner le gouvernement de ce genre de décision pour laisser le libre choix aux entrepreneurs.

Voyons voir comment ça fonctionne.

Si Alexandre a le luxe de pouvoir payer ses employés plus cher, c’est une excellente nouvelle pour la société. Des employés avec une meilleure qualité de vie, on aime ça. Alexandre a travaillé fort, il a créé de la richesse et donne au suivant. De plus, un employé qui gagne plus cher en redonne une partie à la société en taxes et impôts.

Vous savez quoi? J’ai ce même luxe avec mon entreprise. Nous versons une vingtaine de salaire bien au delà du salaire minimum et j’en suis fier. Des emplois spécialisés, ça se paye et des employés, ça se traite comme la plus importante ressource d’une entreprise.

On les gâte car de un, on veut les rendre heureux (on sait qu’un employé heureux produit plus) et de deux, c’est économiquement intelligent (on sait que remplacer-trouver-former un nouvel employé est coûteux en temps et en argent).

Mon problème avec l’idée d’Alexandre est qu’il croit que SA perception de SA réalité s’applique à tous. Les gens de gauche ont cette désagréable manie de penser à notre place…

Et de toute façon, nous sommes qui pour dire à l’autre comment gérer SES affaires?

Ce n’est pas vrai que tous les patrons de PME sont des rapaces sans coeur qui s’empiffrent pendant que leurs employés crèvent de faim. Il y en a peut-être, mais la majorité de ceux que je connais sont consciencieux et veulent le bien de leur gang.

Par contre, forcer les entrepreneurs à augmenter le salaire de leurs employés contre leur gré, mon feeling me dit que ça va amener des problèmes.

Lesquels?

Je ne suis pas économiste, mais il y a une raison pourquoi certains types d’emplois ne sont pas très bien rémunérés. Laquelle? Et bien, le travail effectué ne vaut tout simplement pas plus. Paierais-tu le p’tit voisin 500$ chaque semaine pour sortir tes poubelles? Probablement pas. Parce que ça ne vaut pas ça.

Alors donc, si tu restreints ma liberté de choisir et que tu m’imposes contre mon gré d’augmenter les salaires peu importe ce que j’en pense, il va certainement avoir un impact.

Soit je refile la facture aux clients en augmentant le prix du produit / service auquel cas je suis moins compétitif, en plus d’avoir un effet sur les clients à plus faible revenus sensibles aux hausses de prix. Donc fort possiblement une réduction de ma clientèle.

Soit je refile la facture aux employés en coupant dans les dépenses en réduisant les heures travaillées. Ou en coupant un poste et en demandant plus aux autres employés. Dans un tel cas, quelques uns ont vu leur salaire augmenter et un autre se retrouve sur le chômage alors qu’il avait un emploi avant que tu ne m’imposes TA vision.

Soit je l’absorbe à même mes profits. C’est peut-être moins grave quand tu es Wal-Mart. Mais je doute que les commerces de quartier se portent volontaire avec le sourire.

Et un moment donné, s’il n’y a plus de profit pour l’entrepreneur, à quoi bon endurer les sacrifices de l’entrepreneuriat s’il n’y a que des pinottes au bout?

Tu vas me dire que puisque l’employé gagne maintenant plus cher il va pouvoir se payer plus de biens et services? C’est simpliste… Qu’arrivera-t-il de celui qui gagnait 15$ avant que tu m’imposes ce changement? Il voudra 19$ et ainsi de suite.

Tu vas me dire que ça s’est fait ailleurs sans trop de bordel? Oui, ça semble le cas dans certain endroits, mais ça respecte une logique alignée sur le salaire médian qui dans notre cas serait débalancé. Ici la logique semble plutôt arbitraire.

Tu vas me dire qu’on peut donner un crédit d’impôt aux plus petites entreprises pour absorber la hausse des salaires? Dans ce cas, ce ne serait pas moins compliqué de simplement envoyer un chèque aux plus pauvres sans emmerder les entreprises? Contrer les effets d’une mesure stupide par une autre mesure stupide… wow.

Tu vas me dire que c’est une question de morale, que c’est notre devoir d’aider les plus faibles? Je suis d’accord, mais je te ferai remarquer que je fais déjà mon bout avec les nombreux impôts, tarifs, taxes et frais que je paie comme entreprise, employeur, actionnaire, salarié et citoyen.

Attends, je te fais une liste non exhaustive pour te donner une idée…

  • Impôt fédéral
  • Impôt provincial
  • Impôt sur le capital
  • Taxe de vente provinciale
  • Taxe de vente fédérale
  • Taxe sur la masse salariale
  • Cotisation au Fonds des services de santé
  • Taxe sur la formation professionnelle
  • Régie des Rentes
  • Taxes sur le tabac
  • Taxes sur l’essence
  • Taxes foncières
  • Taxes scolaires
  • Taxe d’arrondissement
  • Taxe de mutation (la fichue taxe de bienvenue)
  • SAQ (alcool)
  • Loto Québec
  • Droits de douane
  • Immatriculation et permis de conduire
  • Prime d’assurance maladie / médicament
  • Prime d’assurance emploi
  • Cotisation à la CSST
  • Cotisation au régime Québec d’assurance parentale
  • Éco-taxe (tsé le 42$ quand on achète une TV)
  • Taxe sur les pneus
  • Taxe sur les climatiseurs auto
  • Taxe aéroportuaire
  • Taxe sur les CD (on l’oublie celle là!)
  • Taxe sur les primes d’assurance
  • Taxe sur la publicité électronique
  • Taxe sur l’hébergement
  • Taxe sur le patrimoine
  • Taxes et redevances sur les ressources minières et forestières
  • Les zillions de permis et licences (Permis d’abattoirs, d’ateliers de préparation de viandes et d’aliments carnés, Permis d’agent de recouvrement, Permis d’agent d’investigation ou de sécurité, Permis d’agent de voyages (détaillant, grossiste, transporteur), Permis – préparation et vente d’aliments, Permis d’exploitation d’encan d’animaux, Permis pour garde d’animaux en captivité, Licence d’appareils d’amusement, etc)

Il est peut-être temps d’explorer d’autres idées que de taxer et réglementer?

Je crois que ton idée est bonne pour toi et quelques entreprises plus riches, mais nuisible pour un tas d’autres.

Ça te tentes-tu d’écouter mon idée? Tu vas voir, c’est simple et facile.

Comme toi je veux de la décence et que tout le monde profite d’une bonne qualité de vie. Mais je crois qu’on va atteindre le tout en donnant plus de liberté et non en la restreignant d’avantage comme tu le proposes.

Je t’explique. Suis moi bien. Mon truc? Abolir l’impôt d’entreprise et couper d’autant les crédits d’impôt et subventions aux entreprises.

Prend le temps de relire. On coupe un peu de revenus et on coupe d’autant les dépenses.

La beauté de la chose? C’est que c’est simple!

Pas de politiciens qui annonce un tas de programmes débiles juste pour se faire élire et prendre de belles photos. Pas de fonctionnaires pour gérer les innombrables programmes aux entreprises (Il y en a 200+ seulement au Québec) et pas de favoritisme selon l’humeur d’un fonctionnaire qui décide que Jean obtient le crédit et Pierre, non.

Oui oui, tu as bien lu, c’est une mesure 100% égalitaire! Ça profite à tous sans discrimination ou favoritisme!

Et maintenant, je fais quoi avec mes centaines de milliers de dollars économisé en impôt dont j’ai maintenant la pleine liberté de disposer à mon gré?

C’est juste dans la propagande communiste qu’on voit tous les chefs d’entreprises nager dans le caviar pendant que le peuple mange un bol de garnottes.

Dans la réalité il se passe 3 choses:

On augmente les avantages des employés (conditions, salaires, bonus, etc) car on l’a vu plus haut, on veut bien traiter et garder nos employés.

On investi dans de nouveaux projets (on embauche de nouveaux employés eux aussi bien traités, on renouvelle l’équipement, on fait de la R&D, on investit dans la formation, etc)

On redistribue les profits aux actionnaires sous forme de dividendes (qui eux paieront de l’impôt et des taxes).

Tu es un entrepreneur, tu sais que le profit est notre paye, ce pourquoi on travaille si fort. On n’a pas volé cet argent et il est légitime qu’on en profite sans avoir honte.

Voilà. Je ne t’ai rien imposé comme tu voudrais me le faire.

Au contraire, je propose qu’on se donne la liberté de décider par nous même comment changer le monde à NOTRE façon chacun selon nos convictions. Je ne t’impose pas MA vision, tu as le choix de décider ce que tu veux faire avec TES profits. Si c’est de doubler le salaire de tes employés, go tiger!

Penses-y… Si on y va avec ta façon alors TU réduis MA liberté de choisir pour me contraindre à faire ce que TU crois le mieux, peu importe ce que J’EN pense.

En résumé, je suis content que tu veuilles améliorer le monde. Je le veux aussi alors on est au moins deux. Mais s’il te plait, ne te mêle pas de MES affaires parce que TA vision des choses m’empêche d’aider la société à MA façon.

By the way, l’éducation m’apparait un meilleur moyen de combattre la pauvreté que de jouer sur le salaire minimum. Je suis pour l’égalité des chances, mais contre l’égalité de la richesse.

Fait pas le nono. Je ne suis pas méchant. Je n’aime juste pas qu’un politicien décide pour moi comment je devrais aider MA communauté. Tu es un entrepreneur, tu sais comme moi qu’on essaie d’améliorer le monde chacun à notre façon.

Toi en diminuant ma liberté. Moi en augmentant la tienne.

* Lecture complémentaire:

La magie des 15$
Qu’est-ce que le salaire minimum
Le salaire minimum actuel suffit, dit Leitão
Bras de fer sur le salaire minimum à 15 $

* En passant, la Suède, n’a pas de salaire minimum et se porte plutôt bien côté social-démocratie…

Partage avec tes potes!
  • http://www.pixelcircus.ca Éric Férole

    Excellent billet. Merci d’avoir pris le temps de l’écrire. Je partage ton opinion. Tu devrais faire circuler pour animer le débat.

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    Merci! 🙂

  • http://mathieulaferriere.com Mathieu Laferrière

    Une belle réflexion… qui m’a généré celle-ci. L’automatisation et la robotisation – qui arrivent plus vite que l’on pense – se justifie par un retour sur l’investissement intéressant. En augmentant le salaire minimum, on risque d’accélérer la disparition des emplois à faible valeur ajoutée. Un robot qui se paie en 6 mois plutôt que 12, ça peut être tentant.

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    Exactement. Tu te rappelles l’époque des pompistes au garage? Les payer 15$/h ou investir dans une machine libre service qui se rentabilise toute seule? Poser la question c’est y répondre…

  • Francois Viens

    Le seul problème avec retirer les impôts des sociétés et à la fois les programmes d’aides aux entreprises ou subventions pour permettre aux entrepreneurs de mieux payer leur monde, c’est une réalité qui marche pour nous gens en TI pour qui les salaires ne sont pas minimum et que notre main d’oeuvre est plus que précieuse… par contre, c’est chien, mais les jobs au salaire minimum, c’est parfois des employés jetables que si tu n’es pas content, on peut en prendre un autre demain comme il n’y a plus ou moins de formation nécessaire… dans un tel contexte, si tu coupes les impôts de sociétés qui embauchent principalement du monde au salaire minimum (exemple Couche Tard), je doute que leur premier réflexe à faire avec leurs surplus c’est d’augmenter le jeune à la caisse… donc tant mieux si tes affaires balances entre les impôts des sociétés et les programmes pour les aider, mais de forcer tout de même un salaire minimum me semble nécessaire si la clientèle qu’on veut aider sont ceux qui sont présentement au travail au salaire minimum. My 2 cents.

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    Merci du commentaire.

    De ce que je comprends, il y a 2 choses avec un exemple comme couche-tard. Tout d’abord, se sont souvent des jobs temporaires de début de carrière (exemple un étudiant). Ensuite, pour reprendre couche-tard, il y a possibilité d’avancement et d’augmentation si tu veux faire carrière dans le domaine. Je connais un directeur chez Wal-Mart qui a commencé au bas de l’échelle. Il n’est pas à plaindre! Même chose au resto, les serveurs de carrière gagnent bien leur vie.

    Perso, je n’ai pas été longtemps au salaire minimum. Quand je travaillais dans un resto, j’ai vite eu 0.25$ – 1$, même 1.25$ d’augmentation.

    Pour le reste, quelqu’un qui a passé sa vie sur le salaire minimum dans un emploi précaire (ou jetable comme tu dis) alors augmenter son salaire artificiellement n’arrangera pas le problème à mon avis. Il ne vaut pas ça alors on cherchera des alternatives moins coûteuses.

    Le problème ici est dans la formation et dans sa spécialisation.

    C’est plate, mais quand on a aucune formation, aucune spécialisation alors on ne vaut pas grand chose sur le marché du travail, surtout dans une société de services / industrie secondaire comme la nôtre. Il y a bien les jobs dans les champs, mais on doit importer des travailleurs faute de volontaires ici.

    Si l’objectif est d’aider les plus pauvres, je suis plus en faveur d’un revenu minimum garanti donné par l’État (en contrepartie de couper d’autant les nombreux programmes qui leur sont destinés!) que de forcer un entrepreneur a payer quelqu’un plus cher qu’il ne vaut. Également, on devrait les inciter à se former.

    On peut finir en prenant par exemple le McDo de Sept-Iles: Les gens sans emplois sont tellement rares là-bas (ils sont tous dans les mines grassement payés) que McDo “importe” de la main-d’oeuvre et il commence à 12$/h! Le libre marché et la magie de l’offre et la demande bien à l’oeuvre 🙂

  • Luc Beaudoin

    Personnellement, je ne crois pas qu’augmenter les salaire minimum à 15$ aidera les employeurs à combler des postes pour du travail que peu de gens (lire québécois !) veulent faire. On a un bel exemple en agriculture: plusieurs producteurs ont compris qu’il valait mieux avoir des employés étrangers pour combler ces emplois. Je suis d’accord avec les propos de Stéphane Guérin quant au désir d’amélioration sociale de la majorité des entrepreneurs. Qu’Alexandre Taillefer continue à relever les niveaux dans les secteurs dans lesquels il évolue (le taxi entre autres) et nous, entrepreneurs, continuons à améliorer les conditions de nos employés et partenaires. La sélection naturelle fera que les entrepreneurs radins disparaîtront au fil du temps !

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    Bien dit! Merci du commentaire.

  • jhamel

    “Je t’explique. Suis moi bien. Mon truc? Abolir l’impôt d’entreprise et couper d’autant les crédits d’impôt et subventions aux entreprises.”. MERCI!

    J’invite la lecture de cet article qui explique en détails l’impact de l’abolition des impôts sur les entreprises aux États-Unis. Eye opening : nytimes.com/2014/01/06/op...rate-income-tax.html?_r=0

    Il est admirable qu’un entrepreneur comme Alexandre Taillefer n’hésite pas à se positionner politiquement par contre, il ne faut pas oublierque son modèle d’affaires est subventionné à plus de 80% par des fonds publics et que l’essentiel de la stratégie tenait dans l’élimination de la compétition avec le projet de loi 100. Le chateau de carte commence à être ébranlé; l’instauration d’un modèle hybride de permis de taxi comme à Toronto serait fatal pour Taillefer.

    À surveiller : réinjection de fonds publics d’ici 1 an dans Téo Taxi et instauration d’un certain monopole à Montréal-Trudeau pour le favoriser.

  • Marie-Cristine P

    Je suis d’accord avec ton point de vue… Tout en croyant que des grosses entreprises comme Wal-Mart et Couche-Tard, McDo, etc. pourraient être plus généreuses envers leurs employés…
    Mais pour moi qui suis gestionnaire d’une petite entreprise qui n’a pas encore un an, où j’ai un roulement de personnel effarant puisque j’embauche des employés et que j’essaie de les accommoder lorsqu’elles veulent des congés pour leurs semaines d’examens, leurs stages d’été, leurs voyages d’aventures, leurs fins de semaines de quatre jours en famille, etc., je ne peux tout simplement pas leur offrir à tous 15 $ de l’heure! Je ne me verse même pas ça à moi-même!
    J’espère que ça va finir par être le cas! Je ne suis pas plus folle qu’une autre, j’ai envie de pouvoir bien vivre de mon travail, mais une entreprise, une clientèle, ça se développe! Si cette loi passait demain matin, on n’aurait d’autre choix que de mettre la clé dans la porte… ou d’assumer la quasi-totalité des heures (et ça, ce n’est clairement pas une option à long terme, car on serait brûlés au bout d’une semaine ou deux!).
    Quand je regarde mes employés qui voyagent, qui étudient à l’université, qui se paient des beaux vêtements, souliers, bijoux, accessoires, qui sortent en ville régulièrement, je n’ai pas l’impression qu’ils sont si à plaindre. Aucun d’eux n’a l’intention de faire carrière chez nous et c’est d’ailleurs pourquoi la réussite de leurs études sont au coeur de nos préoccupations.
    Par contre, je crois à notre entreprise et à sa réussite, mais pour qu’on puisse continuer à exister et à générer un peu de profits, il ne faut pas que le salaire à 15 $ nous soit imposé. Les salaires représentent déjà notre plus grosse dépense actuellement! Et je ne crois pas que mon commerce serait le seul à disparaitre si le gouvernement finissait par nous imposer cette augmentation.
    Pour ma part, je trouverais bien dommage qu’il ne reste plus que de gros joueurs dans le paysage… Mais quand je regarde notre centre-ville, je me dis que la plupart des petites boutiques, des commerces et des restos auraient bien du mal à survivre, tout comme nous, s’ils devaient payer tous leurs employés à 15 $/heure. Alors, si tant d’entreprises ferment, si tant de gens perdent leurs emplois, où sera en fin de compte le réel avantage pour la société?

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    Merci du commentaire. Le salaire minimum à 15$ est une belle idée théorique, mais en réalité, c’est moins certain en effet. Ceux qui proposent ça n’ont certainement jamais géré avec une marge serrée.

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    Téo est subventionné? Je pensais que non. Ça serait le bout de la marde. C’est toujours facile de risquer l’argent des autres, surtout les fonds publics.

  • jhamel

    Entre 45 et 75 millions $ selon les sources.

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    T’as un article de journal sur le sujet? Si c’est le cas, ça va mériter un autre billet… 😉

  • jhamel

    10M$ Investissement Québec
    plus.lapresse.ca/screens/...90896%7cxjunFQMlT2XF.html

    15M$ Caisse de Dépôt
    ledevoir.com/economie/act...estit-dans-xpndcroissance

    15M$ Fonds FTQ
    tvanouvelles.ca/2016/03/0...s–dans-xpnd-capital

    + 6000$ par voiture crédit d’Impôt + tout ce qu’on ne sait pas + Projet de loi 100 pour éliminer la compétition.

    J’ai collaboré à un billet la dessus récemment : forbes.com/sites/jaredmey...llow-france/#7c6f34e52740

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    Je vois… Incroyable. C’est facile de vouloir augmenter le salaire minimum quand ce n’est pas ton argent que tu dépenses…

  • Ali

    J’adore lire ta perspective d’entrepreneur Steph!

    Le problème avec les bien pensants comme Taillefer qui essaient de jouer aux justiciers sociaux c’est que contrairement à Robin des bois, ils s’attaquent invonlontairement aux plus démunis.

    Les jobs au salaire minimum ne sont pas fait pour en vivre. Ils sont fait pour des gens qui se cherchent une première expérience, pour les handicapés, pour les pauvres à la retraite qui se cherchent un revenu d’appoint. Bref ce sont des jobs pour dépanner temporairement ou aider les gens qui n’ont aucune autre compétence.

    En augmentant le salaire minimum, un bon nombre de ces jobs vont disparaitre, ET la barrière d’entrée va être beaucoup plus elevée. Les gens qui en ont le plus besoin vont se faire marginaliser et avoir du mal à trouver du travail.

  • http://dashthis.com/ Stéphane Guérin

    On s’entend 🙂 Merci du commentaire

  • Pingback: ()

  • Pingback: ()