Bloguer pour mieux parler anglais?

 

Chaque fois que je lis des blogues en anglais d’un francophone comme Stéphane Hamel, bilingue comme Brem et d’autres de Montréal qui alternent le français et l’anglais selon l’humeur, je me dis que je devrais faire la même chose.

Je fais parti de cette bande de francophones qui travaillent et qui ont fait ses études en anglais (lecture) et qui ont des loisirs en anglais (jeux, tv et films en anglais). Mais, je fais aussi parti de cette bande de francophones qui ne parlent jamais ou rarement en anglais. Si bien que lorsque je reçois un téléphone en anglais, j’ai l’air d’un grand débile incurable qui essaie de parler avec des lames de rasoir dans la bouche. Heureusement, j’écris régulièrement en anglais.

Donc, dur d’être parfaitement bilingue quand on a une bonne compréhension orale et écrite, mais qu’on est nul à la communication orale. Une solution serait de bloguer en anglais pour me forcer à réfléchir en anglais.

Les avantages de bloguer en anglais? Exercer la réflexion en anglais, faciliter la création de phrases d’un niveau élevé (c’est un blogue professionnel) et entraîner mon cerveau à créer à organiser ma pensée en anglais.

Les inconvénients? C’est évident que je suis moins clair en anglais, donc moins crédible et probablement moins intéressant. Risque de fautes d’orthographe, de conjugaison et de tournures de phrases étranges élevé. Puis le français, c’est une belle langue. Pourquoi ne pas bloguer en français!

J’hésite donc. Faire un autre blogue complètement anglophone et me pratiquer à bien écrire? Traduire celui-ci et en faire un blogue bilingue? Statu quo?

Partage avec tes potes!
  • nabil

    And I thought that all guys from Montreal were very good on english speaking, I was wrong.
    Penses-tu vraiment qu’écrire en anglais t’aidera à mieux maîtriser l’oral?
    Je pense qu’il faut plutôt que tu fasses des vidéos en anglais ou alors que tu aies des conversations en anglais avec d’autres. Je ne veux pas faire de la pub mais je pense que seesmic.com soit une bonne alternative pour améliorer son anglais (avec tous les anglophones qui participent) Qu’en pensez-vous?

  • http://stephguerin.com Steph

    C’est certain que la solution idéale est de parler plus. Mais étant donné la contrainte d’un milieu 99% francophone, c’est difficile. Écrire plus par contre ne nuira sûrement pas. Ton idée de seesmic n’est pas bête du tout. Je vais regarder ça…

  • http://nouvellys.com Thierry Bélanger Clermont

    Je devrais le faire aussi. Il me manque de pratique.

    L’idéal serait peut-être un site plus personnel, non? Comme ça, le contexte “affaires ” prend le bord. Les fautes deviennent un peu moins graves.

  • http://www.sdvti.com Chris

    Seesmic rock! Si tu veux pratiquer l’oral, il faut parler!

    Par contre, connaissant ton niveau d’anglais écrit, qui est très bon, laisse faire le blogue perso et fait le directement ici. Tu ne peux qu’enrichir ta communauté de gens très intéresant!

  • http://stephguerin.com Steph

    Arrête, des plans pour que le monde pense que je suis parfaitement bilingue et m’appelle! Tu imagines le désastre? 😀

  • http://blog.immeria.net S.Hamel

    C’est parfois un sujet délicat… qui n’a pas vue de dérapages philosophiques et politiques sur cette question!? Pour ma part, c’est une question de “reach” (s’cusez l’anglicisme!). Mon blogue adresse un domaine très pointu et pour espérer un jour atteindre les plus hauts niveaux dans ce domaine, j’ai jugé que je n’avais pas d’autre choix que d’écrire en anglais.

    Effectivement, ça me force à réfléchir en anglais, mais ça m’ouvre aussi beaucoup plus grandes les portes vers des sommités du domaine de l’analytique Web à travers le monde. La possibilité d’être conférencier à San Francisco, à Toronto, Vancouver et de donner des cours en anglais. Ça me donne un avantage lorsque vient le moment de parler avec des fournisseurs, d’autres consultants à travers le monde, etc.

    Oui, notre langue est belle et il faut la protéger. Mes dans un contexte mondial, surtout via le Web, il ne faut pas se leurrer… “business is business” et il ne doit pas y avoir d’émotion sur ce point 🙂

  • http://majoke.com Eric

    Tu devrais faire CLiniquementChill en anglais.

  • http://stephguerin.com Steph

    @Steph C’est certain que pour la portée, on repassera avec nos 6M de francos dans un bassin de 350 M d’anglos! Je ne pense pas que mes lecteurs seraient en maudit que je blogue en anglais ou dans les deux langues.

    @Éric C’est vrai qu’avec un peu de bière, on parle mieux anglais!

  • http://www.sdvti.com Chris

    Clinically Chill on seesmic in english? I’m not so sure about it! Anyway, c’est à ton tour de payer cette semaine 😛

  • http://billetslibres.wordpress.com Alexandra P.

    J’ai le même problème que toi… Justement, j’en parle dans mon billet d’aujourd’hui, intitulé: Le français et l’anglais, le duo parfait.

    Ce n’est pas une mauvaise idée que de vouloir écrire en anglais, mais cela ne règlera pas ton problème pour l’anglais oral. Moi, je pense peut-être engager un prof (retraité) anglophone 30 heures par semaine pour quelques semaines pour m’immerger. C’est le coût qui m’arrête un peu. Mais je ne suis pas du style à me contenter d’une heure de cours par semaine.

    Note : il doit exister un logiciel équivalent au logiciel « Antidote » pour la rédaction en anglais. Cela t’aiderait assurément.

    Alex.

  • http://stephguerin.com Steph

    Bah, côté rédaction ça ne me fait pas peur, je prends toujours le temps de me relire. Pas bête l’idée du prof pendant 30 hrs. Mais ça doit coûter un bras non?

  • http://billetslibres.wordpress.com Alexandra P.

    Berlitz charge 1500 $ pour une semaine de 30 heures environ (approximativement). Moi, je pense qu’il y a moyen de trouver une personne à la retraite qui serait très heureuse de gagner 300 à 400 $ pour le même horaire. Tu as ainsi 4 semaines environ pour le même prix. Je crois vraiment que cela doit valoir l’investissement. D’après moi, après deux ou trois semaines, tu aurais un méchant bon bout de fait.

  • http://majoke.com Eric

    Plutôt qu’un professeur privé, essaye ce jeu : http://www.ubi.com/FR/Games/Info.aspx?pId=6181 (Mon Coach Personnel : J’améliore mon Anglais)

  • http://jeux-blog.fr/ Ingrid

    Ne t’inquète pas, tu ne risque pas d’oublier le français … Mais pratiquer un peu d’anglais ne serait pas de mal…

  • http://adnmontreal.wordpress.com PhilG

    Sujet intéressant. Mon blog sur l’affichage numérique est en français (que je n’ai pas updaté depuis plus d’un mois) parce qu’il y en avait peu en français. Par contre, je pense commencer à écrire un nouveau blog sur les start-ups, l’utilisation moderne du web et du mobile, etc. (original!) et je me demande si je ne le ferai pas en anglais. More exposure.

    Si ton anglais était meilleur Steph, tu blogguerais en français ou en anglais ?

  • http://stephguerin.com Steph

    Mon anglais écrit est à un niveau avancé. Ça serait peut-être plus difficile d’avoir une rédaction de qualité professionnelle, mais j’y arriverais. Je sais pas si je bloguerais en anglais… Mon marché est le Québec surtout. Du moins à court terme.

  • http://adnmontreal.wordpress.com PhilG

    Je ne voulais bien sur pas insulter ton anglais écrit, je ne faisais que supposer 😉

  • http://stephguerin.com Steph

    Qui a parlé d’insulte? Je répondais à ta question 😉

  • http://adnmontreal.wordpress.com PhilG

    je m’assurais 😉

    Bonne fin de semaine 😉

  • http://www.marthiii.com Martine

    Beh… J’imagine que, quand on travaille sur le web, on écrit davantage que l’on parle alors parler anglais, ça devient secondaire, après savoir l’écrire? De toute façon, c’est mignon un franco qui parle anglo! Et le contraire est aussi valable 🙂 J’veux dire, c’est beau les accents… C’est chaud et plein de couleurs. Le vrai handicap, c’est la peur de parler, d’exploiter ses propres connaissances en langues, je crois. Mais y faut vaincre sa timidité et s’ouvrir au monde, diantre! Le ridicule ne tue pas et on dit que «ce qui ne tue pas rend plus fort»?

    On a implanté Google translate sur notre site dernièrement parce que ça serait trop lourd deux versions… C’est vraiment hilarant de lire nos textes en allemand! Évidemment on y comprend que dalle et la version anglaise est boiteuse, mais c’est un effort d’ouverture vers l’autre, je crois, parce qu’après tout, on saisit le fond de l’idée du texte traduit. J’ai déjà lu des magazines japonais traduits par Google et j’ai saisi l’essentiel des articles. J’étais épatée! Ah et pis bon, faut le dire… ça vaut, à tout le moins, quelques franches rigolades 🙂

  • Syl

    je ne me suis pas embêtée à trouver enfin un blogue digne de ce nom pour devoir me le traduire en prime.

    Une française du sud

    PS : certes ça ferait du bien à mon anglais également

  • http://www.bilingueanglais.com Parler Anglais

    Je me reconnais dans ta description. Je suis passé par là aussi, et c’est cela, à vrai dire, qui m’a amené à devenir bilingue.

    Deux astuces qui pourraient t’être d’une grande aide pour l’acquisition “bilingue” de l’anglais.

    – L’écoute des livres audio dans tes loisirs et/ou temps perdus. Cela t’apprend à écouter à 100% et t’apprend à penser puis parler anglais comme un natif.

    – Le dialogue sur des sites communautaires en anglais. Ecrit voire oral. Ex: jeux vidéo. Cela t’entraîne à construire tes propres idées et te permet de le faire de manière dynamique.

    Ces deux astuces peuvent t’amener à écrire sur ton blog de manière aussi vivante et fluide qu’en français.

    “My 2 cents” 😉