La Fraise: Analyse d’un rachat

Tout le monde est au courant, le célèbre site LaFraise.com a été racheté  par son homologue allemand SpreadShirt. Cette nouvelle a eu une onde de choc assez incroyable à en lire les commentaires sur le blog de Patrice, fondateur de LaFraise.

D’un point de vue de passionné de commerce électronique, voilà une belle occasion d’étudier les impacts du rachat d’une entreprise web. Tout d’abord, chapeau au fondateur qui a fondé une entreprise à partir de rien et en 3 ans en a fait un succès incroyable. Ses fans sont nombreux, les ventes de t-shirt tout autant.

Patrice réalise donc ce que la majorité des web entrepreneurs désirent : Se faire racheter à un prix qu’on ne peut refuser. Comme il le dit lui-même, il pourra vivre une semi-retraite à l’âge de 35 ans et s’offrir le luxe de choisir ce qu’il veut maintenant faire dans la vie. On sera tous d’accord : Il y a pire dans la vie!

Maintenant, quel sera l’impact sur l’entreprise? La communauté? Comment verra-t-on SpreadShirt? À en lire les commentaires, plusieurs appréhendent le pire. L’âme qui se perd, les beaux jours finis, la fin d’une époque, l’esprit de communauté envolé, etc, etc. C’est tout à fait normal de ressentir ce genre d’émotions face à un changement aussi important.

Je pense que SpreadShirt est aussi un projet fait par deux jeunes passionnés. À la différence de Patrice, qui avoue lui-même être débordé par la gestion d’une entreprise grandissante, ceux-ci désirent amèner le concept plus loin. Et c’est parfait puisque leurs intérêts se rejoignent, c’est-à-dire que Patrice désirait faire autre chose et avait moins de plaisir à s’occuper de ce loisir transformé en obligation et que les fondateurs de SpreadShirt désirent continuer leur expansion.

Il y a donc une grande transition qui s’amorce. On verra comment ces jeunes web entrepreneurs traverseront cette étape importante de leur entreprise. Je pense que l’effet résistance au changement est accentué parce que LaFraise était avant tout un fort esprit de communauté. Les membres ont donc peur de perdre cet esprit et se retrouvent face à l’inconnu. Le sentiment d’insécurité fait dire plusieurs trucs, bons comme mauvais, de la part des membres.

Malgré que Patrice ait été honnête et parlé en toute franchise, on trouvera quand même des langues sales pour lui tirer des pierres. Il est un vendu, il n’a pas de couilles ou encore qu’il tombe dans l’argent facile. C’est simple de dire ça alors que l’on n’a pas à subir le stress de gérer une entreprise en pleine croissance. C’est encore plus simple quand on ne se fait pas offrir une retraite et la fin des soucis financiers pour le reste de sa vie.

On comprend que Patrice a donné une âme au site. S’il quittait du jour au lendemain sans dire au revoir avec son pognon, on pourrait être choqué. Mais comme il prendra le temps de s’assurer que la transition se fera en douce, je suis convaincu qu’on s’habituera graduellement à ses apparitions de plus en plus espacées et que son ou ses successeurs sauront gagner le respect de la communauté.

Il ne faut pas se faire de fausses idées: La plupart des web entrepreneurs derrières nos sites préférés aimeraient tôt ou tard vendre leur projet pour profiter d’une retraite anticipée. Je vois mal Éric de Fuzz, les gars de Scoopeo, Ziki, Yoono ou d’autres refuser une offre alléchante par un quelconque principe.

Bref, j’ai confiance que tout se passera bien et que dans 6 mois la poussière sera retombée depuis longtemps. LaFraise sera encore LaFraise, mais en version améliorée. Je ne pense pas que Patrice aurait vendu un projet où il a mis tant d’énergie, de passion et de temps à du monde qui ne partagent pas ses valeurs. Donnons donc du temps et la chance à SpreadShirt de faire valoir ce dont ils sont capables et souhaitons bonne retraite à Patrice!

Partage avec tes potes!
  • maxxyme

    Eh bien presque 8 ans plus tard, le résultat est peut-être au rendez-vous financièrement (encore que… vu la diversification en terme de produits vendus, on peut légitimement se poser la question), mais en terme de qualité, c’est vraiment en dents de scie, et puis la notion de série limitée a disparu. N’importe quel design pourra donc se retrouver imprimé… à l’infini !!!
    Enfin, la communauté s’est complètement désintégrée, le blog étant passé au tout anglais il y a quelques mois, il est rare de trouver un article avec + de 10 commentaires, que dis-je… 5 commentaires… la plupart n’en ayant aucun !!!