L’illusion du succès facile

Depuis une bonne dizaine d’années, le web a offert bon nombre d’opportunités d’affaires. Souvent, on a vu des jeunes bourrés de talents devenir riches en peu de temps. Ceci en a évidemment fait rêver plusieurs. À tel point que n’importe qui se lance tôt ou tard dans n’importe quel projet web. Avec plus ou moins de succès. Moins que plus dans la plupart des cas.

Il est vrai qu’une entreprise sur le web bénéficie de barrières à l’entrée réduites si l’on compare à un commerce traditionnel où il faut acheter un inventaire, louer un espace commercial, investir dans la pub, avoir un fond de roulement pour espérer passer la première année…

Avec le web, on peut avoir un commerce pour le coût d’un nom de domaine seulement. On met en vente des trucs sur eBay et on espère en ressortir avec un profit. On répète l’expérience et on fait un revenu d’appoint intéressant et peut-être même de quoi quitter son patron et vivre en millionnaire paresseux.

Ou encore, on lance un site web sans prétention et celui-ci devient un succès monstre. Alors Google AdSense nous rapporte des centaines de dollars par mois.

Malheureusement, trop de personnes se laissent avoir par l’illusion du succès facile. À moins de rares exceptions, on ne lance pas une entreprise sur le web en 5 minutes pour espérer être riche la semaine d’après. Trop de personnes semblent pourtant le croire.

Qui oserait se risquer à ouvrir un restaurant, une boutique ou une entreprise de transformation sans faire un plan d’affaires? Sans analyser la concurrence, le marché, les occasions, les menaces, etc? Pourquoi les entrepreneurs « traditionnels » prennent un soin presque exagéré à tout planifier? Pourquoi ils font tout pour bien contrôler leur entreprise alors que les web entrepreneurs se lancent n’importe où n’importe comment?

Qui peut-être assez prétentieux pour croire ou rêver être riche en quelques mois dans le monde conventionnel? Pourtant avec le web, on croise ces rêveurs quotidiennement.

Où sont passés les objectifs à long terme? Vous savez, les buts que l’on vise dans 3 ou 5 ans, non dans 2 mois! Et que dire de la planification stratégique… Quel web entrepreneur en a une? Ça peut être aussi simple que de lister ces principaux objectifs, les étapes et les moyens pour réaliser ses objectifs. Le tout écrit au verso d’une vieille facture de téléphone. Pas besoin d’être compliqué, seulement d’y penser.

Une entreprise sur le web n’est pas différente d’une entreprise traditionnelle. C’est le medium qui change. Le business et sa façon de faire reste sensiblement identiques. Les succès qui durent ont été planifiés. Les succès qui durent n’ont pas été lancés à l’aveuglette sur un coup de dés un vendredi soir après avoir lavé la vaisselle.

Plus le web se complexifie et vogue vers sa vitesse de croisière, plus il sera difficile de se lancer en affaires sur le web. Je me trompe peut-être, mais historiquement, ceci est arrivé souvent : Au début de l’industrialisation, du monde automobile, des avions, ordinateurs, etc.

C’est toujours la même histoire de la ruée vers l’or. On se lance n’importe comment. Certains en profitent, plusieurs se plantent royalement. Une fois l’émotion du départ mise de côté, ce sont les plus rationnels qui réussissent.

Je joue souvent au casse-pieds avec mes sermons de vieux banquier semi retraité. Toujours est-il, on ne m’a pas encore convaincu qu’on peut créer entreprise viable et profitable sur le web et la gérer différemment d’une entreprise conventionnelle. Quand le web sera mature on retombera aux bases avec le bon vieux plan d’affaires…

Partage avec tes potes!
  • Jess

    Hors sujet, mais ca pourrait t’intéresser

    technaute.lapresseaffaire...html&ref=cyberpresse

  • http://www.lundi8heures.com Clément

    Hip hip hip.
    Dans le même genre j’ai écrit ça:
    blog.cocciweb.com/?2006/1...le-lievre-et-la-tortue-20

  • http://bibsvtt.blogspot.com miroune

    On peut effectivement lancer des sites web à tout va sur des sujets hyper raccoleur et devenir millionnaire

    Personnellement, je suis webmestre amateur depuis 2002 de plusieurs sites et blogs culturels (histoire et associations), je ne pretends pas devenir riche, la pub ne me fait même pas de bonsdrevenus, mais au moins je fais partager mes passions au plus grand nombre

    Je pense qu’heureusement qu’il reste des amateurs pour proposer du contenu qualitatif sur le web…mais pour combien de temps ?

  • http://unearaigneeauplafond.be kwa

    Jess, cette clause des règles de participation du concours Netflix peut t’intéresser :

    “Residents of the province of Quebec in Canada are ineligible to participate.”

    La raison m’échappe, cependant…

  • http://stephguerin.com Steph

    héhéhéhé elle est trop drôle celle là. Je trouve que le concours est intéressant puisqu’il profite de l’intelligence collective. Pour ce qui est du québec par contre, quand on tient un concours, on doit donner 10% du prix a la régie des jeux du Québec… donc ici 1M alors on parle de 100 000$? Aussi bien enlever le québec de la liste des participants.

    C’est fréquent… on s’habitue!

  • http://www.martinleclair.com Martin

    Ouais le Québec est pas éligible a cause de la régie des jeux. Sinon pour le succès facile, tu as raison ça existe pas, peu importe ce que tu fais si tu veux avoir du succès tu dois bucher et travailler. C’est aussi vrai pour les affiliate marketers qui disent faire des centaines de milliers de dollars sans presque rien faire, il y en a qui le font pour vrai (ben du $$$), mais ils travaillent comme des fou a apprendre sur le sujet, a optimiser leurs campagnes et les produits qu’ils vendent a trouver de nouvelles idées, etc. etc. Avoir du succès ça demande du travail.