Marketing du bouche-à-oreille: 3 applications simples pour le Web

Je suis toujours un peu surpris quand une entreprise me parle de son budget marketing et qu’il n’y a rien de prévu pour le bouche-à-oreille (Word of mouth marketing). Je comprends deux choses là dedans. Premièrement, le bouche-à-oreille ne coûte rien ou presque alors il n’est pas pris au sérieux dans les dépenses marketing. Deuxièmement, c’est plus compliqué faire parler de soi que de parler soi-même.

Pourtant, je n’invente rien ici, le bouche-à-oreille, comme les références des clients, est probablement le marketing le plus efficace autant en terme de ROI que de qualité du retour. C’est bien certain, on fera plus confiance à notre frère ou ami plutôt qu’une pancarte publicitaire.

Heureusement, avec le Web ce n’est pas trop compliqué d’implémenter des stratégies de bouche à oreille. En plus, le message circule rapidement et à des coûts ridicules. Voici trois applications faciles à mettre en place.

Faciliter le relais d’information

Vous avez déjà vu un bouton « envoyer cet article » ou « suggérer ce produit à un ami »? Deux ou trois clics, on ajoute le email d’un ami et on clic sur « envoyer ». Et voilà, l’info vient de circuler tout à fait gratuitement.

Inciter les références de nouveaux clients

À la fin d’une inscription, proposez au visiteur d’inviter 2 ou 3 de ses amis. En échange, vous pouvez lui donner un rabais ou un privilège quelconque. Ce système est également facile à intégrer dans une newsletter par exemple. Le visiteur soumet son email et dans la page de confirmation, on lui demande si cette newsletter n’intéresserait pas quelques uns de ses amis.

Profiter du site Web des autres

Le client aime vos produits? Si dans la vraie vie il porterait un T-Shirt avec votre logo, pourquoi il refuserait de mettre une image ou un badge sur son site Web? Préparez une liste de bandeaux qu’il pourra consulter et choisir le plus approprié. Un très bon exemple est le site de rencontres One Plus You qui a créé un tas de petits quiz humoristiques. Les participants sont invités à afficher les résultats sur leur blogue.

Et le blogue et / ou Twitter?

Bien que je crois énormément au potentiel d’un blogue pour développer les affaires, je ne les ajoute pas à cette liste parce que ce ne sont pas des applications simples : Elles demandent du temps et une bonne discipline.

Bref, avant de trop dépenser inutilement dans des campagnes marketing, pourquoi ne pas faire l’inventaire de son potentiel Word of Mouth marketing? Ensuite, vous pourrez mettre en place des mécanismes simples pour faciliter la propagation d’infos. Faire parler de vous à peu de frais quoi!

Partage avec tes potes!
  • http://www.bonliens.com/ jeff

    très bon article mais malheureusement il y a plusieurs compagnie et pme qui ont l’esprit trop fermé pour faire un bon marketing de leur produit!

  • http://www.lamaraket.com frédo

    @Jeff : Oui, malheureusement, c’est justement la teneur d’une discussion d’hier avec un ami. On se demandait pourquoi presque tout le budget de certains clients passaient en SEO/SEM et bannières, sans se pencher (même y réfléchir) sur le bouche à oreille.
    Alors que même la FEVAD met en avant ce mode de prescription, comme premier acte de visite : la recommandation.

    @Stéphane : j’étais justement en train d’écrire une bafouille sur le sujet et la relation acquisition/fidélisation.

  • http://www.imagellan.com Claude Lortie

    Très juste. Il s’agit d’une stratégie efficace et très peu coûteuse comme tu le dis. Mais je crois que la plupart du temps les gens négligent ces outils performants. J’aime bien te lire.

  • http://www.bonliens.com/ jeff

    les compagnie vois le gens comme nous comme des bebite incompréhensible au lieu de voir une opportunité a sasir..
    parfois je parle a mon patron de promo et de technique de markting et il me regarde comme si j’étais le dernier des demeuré.. pourtant j’ai un expérience béton en marketing et web marketing! encore pire ils ont employé un gars à gros salaire pour acheter des placements adwords.. :s
    par chance que j’étais la pour leur expliquer l’arnaque! mais encore la ca les choquaient que je leur explique le principe car il se sentaient idiot et croyait avoir découvert la perle rare du marketing..

    les dirigeant ne savent pas saisir les opportunités et souvent il n’ose même pas regarder le potentiel autour d’eux.
    c’est un peut dommage! !

  • http://www.pizza4all.com Normand Miron

    Axe différent, mais même discussion. Combien de fois ai-je entendu des client briefer leur agence en demandant que leur prochain truc soit le talk of the town. Ou bien encore, ces autres clients qui veulent qu’on leur fasse une campagne virale, parce qu’elles ne coûtent pas cher. Dans la majorité des cas, c’est pas possible. Pas à cause de la techno, pas à cause des bidous en cause. Parce que le produit/service livre pas. Seth Godin parle de Purple Cow ou d’ideavirus, moi je dis tout simplement que pour qu’une marque ou un produit fasse parler de lui, faut d’abord qu’il le mérite. Le viral, le send to a friend (ou souvent spam a friend), le bouche à bouche (sic) sont juste des outils, pas la panacée.

  • http://www.etiennechabot.ca etiennechabot

    Pas d’accord avec toi sur ton dernier point à propos des blogues et Twitter. Oui, c’est plus complexe et requiert plus de discipline que les autres outils proposés plus haut mais le potentiel de retour sur investissement est aussi beaucoup plus élevé, particulièrement pour une PME avec peu de moyens financiers mai bien de la passion et de gens dédiés. Le blogue, c’est l’authenticité et la transparence.Un puissant différenciateur pour une PME qui doit se battre contre des gros joueurs.

  • http://stephguerin.com Steph

    @Étienne Je suis absolument d’accord avec toi. Mais si beaucoup veulent, peu réussissent. La durée de vie moyenne d’un blogue est de 3 mois. Et pour une PME, tant qu’à faire un blogue qui ne sera pas mis à jour, aussi bien ne pas en faire. Par contre, si la PME a la volonté de le faire alors oui, c’est ce que je conseillerais en premier!

  • http://www.tvqc.com jeff

    je ne suis pas encore certain de l’efficacité de twitter. Le réseaux est encore jeune et manque encore certaine fonctionne comme pouvoir commenter les liens et phrase que le monde écrivent. il a bien quelques francophone et quebecois mais pas encore pour prendre cette outil pour faire du marketing. c’est encore trop – niche-
    Notre force c’est d’être sur twtiter et être bancher sur les nouvelle tendances avant tout le monde! mais twitter n’est pas encore assez connue.

  • http://web-tourisme.net/tc/m-benoist Marianne(Marketing oisif)

    Cet article est très interressant et je pense que le bouche-à-oreille est une technique très efficace et qui marche sans qu’elle soit forcément sollicitée donc si les entreprises se donnaient la peine de prendre au sérieux cette technique et d’y travailler dessus…Les résultats ne seraient que meilleurs!!

  • Abdel

    Je suis bien d’accord quand on parle aujourdui de ces outils moins couteux qui permettent d’alleger notre budget marketing.