Pensez-vous profits?

Voilà le genre de question qui peut nous valoir d’être lapidé sur la place publique par les communistes ou les socialistes farouches! Toujours est-il que lorsqu’on lance une entreprise, il faut penser un minimum aux profits. Sans profits, l’entreprise ne va pas bien loin.

Qu’est-ce qu’un profit? C’est la partie des revenus qui nous reste une fois que tous les coûts d’opération sont couverts. On peut les réinvestir ou se payer un bon resto avec. C’est aussi le mot clé qui attire généralement les investisseurs. La mission d’une entreprise est de créer de la richesse pour les actionnaires. Donc sans profit, peu de monde voudra investir dans cette compagnie.

Dans le commerce traditionnel, on ne verra pas un entrepreneur marginaliser les profits. En fait, il ne travaille que pour faire des profits. Chaque dollar dépensé doit amener quelques sous de profits sinon c’est une mauvaise dépense.

Sur le web pourtant, c’est tout autre chose. Vous savez ce qui a causé l’éclatement de la bulle Internet en 2000? Le manque de profit! Ou plutôt l’absence même de plan pour avoir des profits. En effet, l’idée à cette époque était d’avoir le plus de part de marché possible. Même si chaque dollar de revenu nous coûtait 1.50$ ou 2$! À ce rythme, nous comprenons pourquoi ça n’a pas fonctionné…

Parmi les anecdotes les plus insensées des années 2000-2001, Furniture.com qui a payé 2.5 M$ pour son nom de domaine, perdait 200$ à 300$ par commande. Elle a finalement fermé ses portes après avoir flambé 75 M$… Quelle personne sachant moindrement compter et gérer peut se permettre d’attendre de perdre autant avant d’ajuster sa stratégie?

Un autre échec fameux est Pets.com à qui ça lui coûtait 240$ pour chaque nouveau client. Malgré ça, elle vendait ses produits en dessous du prix coûtant pour avoir le plus de part de marché. Bref, après 147 M$ perdus en moins de 2 ans, la compagnie a été vendue pour des pinottes à Petsmart.com.

Que dire de Boo.com? C’est probablement le pire exemple de management de toute l’histoire. Des dépenses insensées, des hôtels 5 étoiles pour tout le monde, party, et autres dépenses folles ont eu raison de cette entreprise après 120 M$ dépensé. Est-ce que le mot « profit » a été dit lors des réunions de direction?

Il y a plein d’histoires d’horreur du genre. Mais heureusement, c’était il y a longtemps. Très longtemps. Vous savez, c’était en 2000! Aujourd’hui, plus personne ne ferait cette erreur non? Bien oui justement.

Combien de nouvelles entreprises, web 2.0 ou non, pensent aux profits? Je vois beaucoup d’entreprises qui investissent beaucoup pour prendre le plus de parts de marché par contre. N’est-ce pas comme en 2000 ça? Les modèles de revenus sont principalement basés sur la publicité.

À la différence de 2000 par contre, où la majorité des capitaux en publicité provenait des investissements des point.com, on retrouve beaucoup plus d’entreprises traditionnelles, donc bien gérées, qui investissent en publicité sur le web. Par contre, lors d’un ralentissement, la publicité est la première à être mise de côté. C’est volatile comme revenus.

Bref, je serais curieux de savoir combien de nouvelles entreprises visent les profits plutôt que les parts de marché?

Je suis peut-être trop conservateur, mais je crois qu’il vaut mieux y aller selon nos moyens au risque que ça prenne un peu plus de temps. Lentement mais sûrement qu’il disait non? Qu’est-ce qui est mieux : L’entreprise avec 70% du marché, mais qui fait faillite un an après ou la petite avec son 4% du marché, mais qui est profitable et toujours là après 5 ans?

Partage avec tes potes!