Quoi de neuf avec le social bookmarking francophone?

 

Voilà maintenant plus de 2 ans que la première vague de digg-like francophones sont lancés : Scoopeo, Nuouz, Fuzz et TapeMoi. Ces sites sont fortement inspirés du très connu site Web 2.0 américain Digg où la communauté propose des nouvelles et votent pour celles qui feront la première page.

Alors, où en sont ces sites francophones dans leur marché?

Commençons par dire que faire la première page sur Digg peut littéralement faire sautre votre serveur avec un flot de plus de 50 000 visiteurs uniques en une seule journée. Entre autre, les copains de NVI – experts en SEO, m’ont parlé de 6 000 backlinks suite à une apparition sur la Une. Et ces effets durent des semaines. On parle même du Digg-Effect qui peut jouer sur la valeur d’une action en bourse. Bref, Digg, ça n’a rien du petit site amateur.

Alors, disais-je, où en sont ces sites francophones dans leur marché?

Scoopeo, qui est probablement le plus populaire du côté francophone n’est qu’un puceron vis-à-vis Digg. En comparaison, faire la Une de Scoopeo amène environ 500 visiteurs uniques. C’est 100x moins.

Si c’était 500 visiteurs uniques, mais avec une forte progression où l’on penserait atteindre le 5000 visiteurs et même 25 000 visiteurs d’ici quelques semaines, ça serait une autre histoire. Mais non, le nombre de 500 stagne depuis un bon moment déjà. Aurait-on atteint un plateau?

Nuouz? Ce n’est pas mieux. Le site fonctionne bien. C’est une belle machine pour le trafic de recherche. Mais pour la participation et les centaines de commentaires par nouvelles, on repassera.

Fuzz? Le site est fermé depuis que les tribunaux Français ont rendu une décision assez loufoque. Sinon, ce n’était pas le paradis de la promotion non plus. Tout comme TapeMoi. Inutile de parler des dizaines autres Digg-like qui ont osé copier alors que plusieurs avaient déjà copié avant eux.

Comme propriétaire de Nuouz, je vois que peu importe les innovations, les outils, les réorganisations que l’on pourraient faire, l’intérêt n’est simplement pas là du côté francophone. Ceux qui utilisent ce genre de site utilisent Digg. Les autres? Ils n’ont aucune idée c’est quoi. Peut-être que dans 2-3 ans ce sera différent.

Bref, c’est tout de même fascinant qu’un site aussi populaire en anglais n’ait pas de petit cousin francophone avec un succès relativement comparable. Je lève la question : Est-ce que les sites sociaux francophones ont leur place quand il y a déjà un leader mondial anglophone?

Partage avec tes potes!
  • http://www.dauran.com Arnaud

    Scoopeo c’est 800 visites sur une semaine. Puis plus rien :
    http://www.dauran.com/224/le-scoopeo-effect/

  • http://www.presse-citron.net Eric

    Stéphane, j’ai déjà étudié la question sous tous les angles et publié des billets détaillés sur le sujet et la conclusion est la même : la différence de trafic et d’impact entre le Digg original et ses répliques francophones est tellement énorme qu’elle relève du fossé culturel, tout simplement.
    Et comme tu le dis très bien, on peut imaginer toutes les fonctions et tous les aménagements qu’on veut (Fuzz à une époque et maintenant Scoopeo proposent des options astucieuses qui n’existent même pas sur Digg), ça ne prend pas et je ne sais pas si ça prendra un jour. Sauf si on se contente de 5 à 10000 vu/jour alors que l’on devrait en avoir entre 10 et 20 fois plus si l’on prend comme référence l’audience de Digg rapportée au lectorat francophone.

  • http://www.aryane.com A.R.Y.A.N.E.

    Steph. Ta dernière question est très intéressante. Que penses-tu de l’hypothèse suivante? Les performants francophones sur internet étant majoritairement bilingues et pour véritablement profiter de la “wisdom of crowds”, ils sont plus actifs sur les réseaux disposant du plus grand nombres de participants. Ça serait intéressant de comparer la popularité et l’évolution des réseaux sociaux dans les autres langues.

    En passant, y a-t-il un Yulbiz jeudi?

  • http://montrealsocialmedia.com/blog/2008/03/31/any-chance-that-someone-will-digg-my-french-content/ ncossette

    question comme ça: combien de de francophes sur Digg ? + Est-ce que les franco sur Digg ont un compte ouvert (et participe) sur Scoopeo, Nuouz et autres ???

  • http://stephguerin.com Steph

    Les francophones sur Digg sont surement, à mon avis, des geeks ou autre technophiles qui maitrisent bien l’anglais. Je vois mal ma mère sur Digg, mais je vois mal ma mère sur Nuouz elle qui commence à comprendre c’Est quoi le Web.

  • http://jonathanparent.com Jonathan Parent

    Je crois que c’est une question de temps. Au Québec par exemple, les gens ne sont pas tous des freaks comme nous et ne lisent pas encore de blogues. Ce n’est encore qu’une minorité et c’est encore loin d’être grand public. Alors imagine un Digg-like. C’est comme le RSS, alors imagine un Digg-like. C’est comme Twitter, alors imagine un Digg-like.

    Enfin, je crois que t’a compris le concept. 😉

  • Mathieu Bernatchez

    Allô!

    Je crois que les sites sociaux francophones ont leur place (juste à voir Dailymotion et Skyblog qui sont des exemples de succès français incroyables) mais ce que je remarque, c’est que ces sites existaient avant que leurs équivalents américains deviennent dominants (youtube et myspace, par exemple).

    Je pense que la gaffe que font bien des gens, c’est de lancer leur copie de site à succès alors qu’un site équivalent domine le marché. C’est à ce moment qu’il est trop tard.

    On aurait beau créer un site aussi bon (sinon meilleur) que Facebook, les chances qu’il perce seraient à peu près nulles parce que tout le monde utilise déjà Facebook (parce que tout le monde l’utilise). Ça prendrait une révolution MAJEURE pour que des gens décident en masse à changer de site.

    Je pense que ça s’applique aussi au Web traditionnel (qui voudrait lancer un concurrent à Hotmail, MSN Messenger ou Google à partir de son sous-sol?), c’est juste que le Web 2.0 fait rêver, on a vu des entrepreneurs devenir riches rapidement, c’est ça le piège…

  • http://www.villiard.com Jonathan

    Je cros que les Digg-Like francophones ont leur place, faut simplement attendre 1-2 ans avant que les gens les utilisent plus. Just my 2 cents… 😉

    Concernant Digg, je peux confirmer ce qui a été dit plus haut, c’est une vraie machine à traffic. Une de mes page (de mon site en anglais) a atteint la première page il y a 1 an (voir digg.com/odd_stuff/Photo_...ory_To_Ever_Walk_On_Water)
    Si je me souviens bien, environ 100 000 visites en 48 heures, parce que ça s’est rapidement propagé sur StumbleUpon, Delicious, Reddit, etc…

    Disons que j’ai fait le saut quand j’ai regardé mes stats en me levant le lendemain matin… 🙂

  • http://www.versiondeux.com nix

    Notre problème c’est peut-être de faire de la math sur les succès du Web et croire qu’on va coller aux proportions sur le même service dans notre langue…

    Notre réalité est différente. Nos gens sont différents. Je ne fait que réfléchir mais ça se résume peut-être juste à ça.

    Quand je regarde nos plus grands succès Québécois (autres que le web, j’entends) il me semble que ce sont ceux que NOUS avons exportés et non ceux que nous avons importés… Ou alors à tout le moins cuisinés à notre sauce si importés à la base.

    C’est parfois déprimant de travailler dans un petit marché. Ça va au moins nous obliger à redoubler de créativité. Par ailleurs je seconde Jonathan: les utilisateurs arrivent tranquilement… En retard probablement mais ça augmente.

  • Guigui

    Je pense que c’est tout simplement une différence de comportement.

    Les américains sont tous fous et ont besoin de s’exprimer pour avoir l’impression d’exister.
    Les français s’en foutent généralement et ont moins besoin de se faire voir.

    D’où le fait que tout les sites appelant les visiteurs à laisser des commentaires soient majoritairement anglais. Car en plus de ça la grande majorité des anglais ne s’embête pas à apprendre une autre langue, non, c’est bien trop fatiguant. De même lorsqu’ils sont en voyage et jouent les touristes, pas besoin de s’initier même un minimum à la langue du pays (et je parle en connaissance de cause, on a pas mal de touristes australiens par chez nous et niveau mentalité ça ressemble beaucoup à l’américain).

    Du moins c’est mon avis 🙂

    Comment ça je dis n’importe quoi? Même pas vrai!

  • http://www.gauvin.net Stephane Gauvin

    Pas une question de langue, mais plutôt de domination de niche. Comme il n’y a qu’un eBay.

    Côté franco — il y a wikio qui semble prendre un peu de mieux.

    Côté anglo, l’échec de beta.netscape.com montre qu’il n’y a pas de place pour des alternatives. ( http://tinyurl.com/5rq36t ) (la ligne tout au bas, c’est wikio. Enlever digg et netscape pour voir “émerger la tendance”

    Le modèle de relais social est menacé. Digg a du modifier so algorithme pour réduire les nombre de manipulations, et d’autres concepts émergent (cf http://buzz.yahoo.com/). Le buzz ne repose pas sur le vote explicite, mais sur un mix de requêtes, de pages vues, de referrals directs. Mouseover les scores pour voir combien peu de votes sont enregistrés…

  • http://www.publi-web.net Eve

    Pour reprendre aussi un peu sur le commentaire de Guigui qui affirme que c’est une différence de comportement, c’est aussi à mon avis une différence de bassin de population.

    Il y a quoi, plus de 300 millions d’habitants seulement aux États-Unis? Contre 65 millions en France et quelques 7 millions au Québec… On ne parle pas ici de la même audience du tout.

    Je crois que les digg-like francophones font se faire connaître de plus en plus au fil de temps, faut juste pas lâcher prise!

    Personnellement, je ne vais que rarement du Digg car quand je cherche, c’est principalement pour savoir ce qui se passe par chez nous qui m’intéresse. Et quand je poste des nouvelles, je ne vais jamais sur Digg car quand je poste, c’est des nouvelles québécoises unilingues françaises que je poste.

  • http://www.yulmedia.com/fr/blog Stéphane Dion

    Digg n’est pas fait pour tous. Les effets sont impressionnants mais rarement durable. Les backlinks sont très souvent de mauvaise qualité et une grande proportion disparaîtrons rapidement.

    Les utilisateurs de Digg ne portent également pas très attention aux sites qu’ils visitent. Ils vont beaucoup plus tirer la substance rapidement et quitter pour retourner rapidement à la communauté Digg.

    Ceci étant dit, pour certains sites, cies, produits ou services, la reconnaissance peut s’acquérir rapidement avec des sites comme Digg.

    Je ne crois pas que les Digg-like francophones vont devenir gros. Il faut trouver autre chose. Quelque chose qui nous ressemblent plus.

  • http://wibeset.com Dominic

    Je pense comme nix et Jonathan. Pour le moment, les digg-like francophones sont principalement utilisés par les blogueurs et les geeks. Monsieur-madame-tout-le-monde du Québec n’a aucune idée de qu’est-ce que Digg, encore moins de ses équivalents francophones. Certes, les digg-like francophones n’atteinderont jamais le même traffic que les anglophones mais je crois, qu’ils pourront quand même atteindre un niveau de popularité respectable dans les 2 prochaines années :).

    Ce qui n’aide pas non plus, c’est que les gros portails n’adopte pas cette “mode” – c-a-d d’offrir des boutons de soumissions vers les digg-like à chacun de leur article. Et, quand ils le font, comme cyberpresse, ils mettent des boutons vers Digg. Est-ce que quelqu’un va vraiment soumettre une nouvelle francophone québécoise sur Digg? Non! Selon moi, ils auraient beaucoup à gagner en ajoutenant les boutons vers Nuouz, NouvelleDuJour et Publie ça… Ils encourageraient le web québécois.

  • http://adnmontreal.wordpres.com PhilG

    [Est-ce que quelqu’un va vraiment soumettre une nouvelle francophone québécoise sur Digg? Non! Selon moi, ils auraient beaucoup à gagner en ajoutenant les boutons vers Nuouz, NouvelleDuJour et Publie ça… Ils encourageraient le web québécois.]

    Je seconde, c’est selon moi la seule façon d’embarquer les utilisateurs francophones. Sinon, c’est trop long et pour commun des usagers d’aller poster une nouvelle. As-tu déjà approché des sites de média francophones d’importance (Cyberpresse et cie)pour leur suggérer des boutons Nuouz ? Ils pourraient y trouver leur compte si on leur présente de la bonne façon.

    Je dois avouer que je consomme très très peu de contenu francophone. Peut-être pour la simple raison que je trouve le bon contenu francophone plus difficile à trouver.

  • http://stephguerin.com Steph

    « As-tu déjà approché des sites de média francophones d’importance (Cyberpresse et cie)pour leur suggérer des boutons Nuouz ? »

    Oui. Mais ça n’a pas débouché encore…

  • http://www.dominicdesbiens.com/ Dominic Desbiens

    Je cherche depuis ce matin un moyen de faire mousser les visites sur mon blogue qui a peine à se faire connaître. Je suis alors arrivé par hasard sur certains articles comme celui-ci qui parlent des Digg-Like.

    J’ai depuis peu ajouté la fonction de partage à mon blogue. J’ai utilisé un plugin WordPress. Celui-ci, disponible en anglais seulement, propose des liens pratiquement seulement en anglais. J’ai passé près de trois heures à trouver les liens vers les digg-like francophones pour les ajouter au plugin.

    Je crois à la promotion des digg-like francophones. Comme vous dites, je crois que ce n’est qu’une question de temps avant de voir un plus grand nombre de gens s’intéresser au phénomène. Et je crois aussi que ce nombre progressera si des sites comme Cyberpresse et les autres médias encouragent les digg-like francophones.

    Si les gens qui vont sur leurs sites de nouvelles préférés voient de plus en plus les petites icônes au bas de chaque article, ils viendront qu’à se poser des question sur ceux-ci et voudront en savoir plus sur ces réseaux.

    Question 1 : Sommes-nous ici sur un site français ou québécois??

    Question 2 : Avez-vous entendu parler du service Social Poster qui permet de promouvoir un article sur plus de 80 digg-like en même temps? Si oui, avez-vous un équivalent francophone ?

    Merci

  • http://www.vortexsolution.com Vortex Solution

    Le problème selon moi réside dans le haut taux de rebond des visites via les Digg-Like. Dans le cas de la promotion d’un site web, les gens cliquent sur la nouvelle accrochant mais désiste le site web en question.