The curse of the knowledge

 

Je suis en train de lire le livre « Made to Stick: Why Some Ideas Survive and Others Die » et je dois partager un passage que j’ai beaucoup aimé : The curse of the knowledge

Cette malédiction touche beaucoup de gens dont moi. C’est souvent ce qui fait que j’ai de la misère à expliquer ou vulgariser des trucs qui me semblent si simples, si logiques : Je ne suis pas capable de me mettre dans la peau de celui qui ne sait pas.

Comment comprendre cette malédiction? Dans le livre, il y a l’explication parfaite. Les auteurs racontent le déroulement d’une recherche qui s’intitule Tappers and listeners (ceux qui tappent et ceux qui écoutent).

Pour cette recherche, deux groupes de personnes ont été créés. Ceux qui tapent et ceux qui écoutent. Ceux qui tapent se sont fait donné une liste de chansons bien simples comme « Happy birthday to You ». Ils devaient ensuite taper sur la table l’air de la chanson pour essayer de la faire deviner au 2e groupe.

Les résultats sont assez marrants : Ceux qui tapent n’en reviennent pas que ceux qui écoutent ne soient pas capable de deviner ces chansons si simples. Un médiocre taux de succès de 2.5%. Le plus comique? Avant l’expérience, ceux qui tapent avaient prédis que ce taux serait de 50%.

Pourquoi?

Parce qu’ils ont la malédiction de la connaissance. Il est impossible de taper une chanson sans se la chanter dans la tête. Puis celui qui écoute n’a aucune idée de ce que l’on se chante. La seule chose qu’il entend, ce sont des « tap tap » sur une table…

Bref, je vis cette situation à tous les jours. J’essaie d’expliquer quelque chose, mais c’est souvent difficile parce que je n’arrive pas à me mettre au niveau de l’autre. Maintenant, je ne suis toujours pas capable d’expliquer simplement, mais au moins quand j’explique, je me vois taper une chanson que l’autre ne comprend pas. C’est comique…

📧 Reçois les prochains billets dans ton email! 👇