Un modèle freemium pour Twitter?

Quelle coïncidence. En même temps que je donne une seconde chance à Twitter, voilà que j’apprends qu’ils offriront bientôt des comptes payants sur le modèle freemium. Quelle bonne idée! Le modèle freemium est d’offrir un produit ou service gratuit puis de faire payer un frais pour de la valeur ajoutée.

Zéro revenu comme dans rien pantoute, niets, none, nada

N’oublions pas que faire un service populaire est une chose, le rentabiliser en est une autre. Et jusqu’à présent, malgré les millions en financement et ses 7 M de visiteurs uniques en février, les revenus sont un gros zéro. Certains diront qu’il faut s’occuper de la masse critique d’abord et du pognon ensuite. Peut-être. Perso, ça me rend insécure cette manière de penser.

Là où est le pognon

Dans ce cas ci, Twitter resterait gratos pour tout le monde, mais ferait payer pour des métriques et statistiques supplémentaires, de la vérification de compte ou n’importe quoi d’autre qui plairait aux entreprises. Parce que bien sûr, ce sont les entreprises qui sont visées.

« Commercial entities like Whole Foods, Starbucks, Mission Pie, 52 Teas, JetBlue, even the Korean taco truck guy are all on Twitter—users and businesses alike are finding value.

Our question is, how can we help? What can Twitter offer for a fee that will improve the experience? Will it be account verification? Will it be lightweight analytics? Will there be opportunities for introducing customers to businesses on Twitter. »

Le gratis c’est bien, le pognon récurrent c’est mieux

J’aime particulièrement le modèle freemium avec des frais mensuels. Ça permet des entrées d’argent régulières et récurrentes. À peu de frais en plus. Par contre, c’est un couteau à deux tranchants quand on veut faire payer la mauvaise clientèle. Parlez-en aux sites de rencontres.

Mais, est-ce suffisant? Ces deux commentaires de l’article en disent long :

« They better get a hell of a lot more than $100 a month out of the big corporation types to make this a business. »

« It’s not enough.

Let’s say they get 100,000 companies paying them $20/month.

That’s $2 million a month in revenue or $24 million a year.

For a company that last raised money at a $250 million valuation that is WAY too little (one assumes those last investors need twitter to be worth $1B to be happy). »

Partage avec tes potes!
  • http://www.yveswilliams.com/blogue Yves Williams

    Il y a une illusion persistante sur le Web face à la gratuité. Comme si tout devait être gratuit tout le temps. Une illusion entretenue par les stratégies de développement de certains gros VC.

    Dans les marchés plus petits (comme le nôtre) où les fonds de démarrage sont à la fois moins nombreux et moins généreux, le tout gratuit est impossible à maintenir. La nécessité de rentabiliser arrive plus tôt dans les priorités.

    Que Twitter en vienne à développer un modèle freemium ne peut que me réjouir. Cela devrait redonner une plus grande crédibilité à ce modèle. Et rappeler l’exigence auquel sont confrontés tous développeurs, rentabiliser le service.